Spatialité du déracinement dansLa Petite Fille de Monsieur Linh, de Philippe Claudel

Muriel Rosemberg
2016 Annales de Géographie  
Distribution électronique Cairn.info pour Armand Colin. © Armand Colin. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.83 -06/05/2020 00:39 -© Armand Colin Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231. Résumé Entre la représentation imaginaire du monde et sa représentation savante, le dialogue est-il possible ? On voudrait montrer, à partir de l'analyse du roman de Philippe Claudel, que le monde inventé par l'écrivain porte un savoir qui entre en résonance avec celui du géographe. Mais l'absence de toute référence à une réalité localisée dans le temps ou l'espace semble placer l'histoire de Monsieur Linh hors du monde. C'est précisément cette absence qui montre la condition existentielle du déraciné, sous la figure d'un pays qui ne peut être nommé ni cartographié. En figurant l'exilé par son rapport à l'espace et au paysage, l'écrivain dit ce qu'est l'épreuve du déracinement, plus généralement de l'exclusion, et propose, au-delà, une réflexion sur la géographicité. Abstract Is dialogue possible between the imaginary representation of the world and its scholarly counterpart ? The article aims to show, by analyzing Philippe Claudel's novel, that the world invented by the writer carries knowledge which resonates with that of the geographer. However, the lack of any reference to a reality located in time and space seems to place Mister Lihn's story outside the world. This is precisely the point : this absence shows the existential condition of the rootless person through the image of a country that cannot be named or mapped. By depicting the exile through his relations to the space and to the landscape, the writer tells of the experience of being uprooted, more generally of being subjected to exclusion. Beyond that, he offers a reflection on geographicity. Mots-clés expérience du déracinement, figuration de l'espace, géographicité, géographie et fiction, paysage Keywords experience of rootlessness, figuration of space, geographicity, geography and fiction, landscape 1 « Pour celles et ceux que l'on blesse » est l'exergue de Quelques-uns des cent regrets (P. Claudel, Paris, Gallimard, 2005 [2000]).
doi:10.3917/ag.709.0405 fatcat:3lftp5u36zbzvia4tt3wcmnbuu