Le « raide-fou » et le transfert

Jean-Jacques Gorog
2005 L en-je lacanien  
Distribution électronique Cairn.info pour ERES. © ERES. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable
more » ... uf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © ERES | Téléchargé le 17/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © ERES | Téléchargé le 17/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) Les raides fous © ERES | Téléchargé le 17/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © ERES | Téléchargé le 17/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © ERES | Téléchargé le 17/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © ERES | Téléchargé le 17/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) Jean-Jacques Gorog, psychanalyste à Paris, membre de l'École de psychanalyse des Forums du Champ lacanien. Le « raide-fou » et le transfert Jean-Jacques GOROG « Dieu a peut-être des symptômes, mais sa connaissance est probablement d'ordre paranoïaque. Un Dieu qui a créé le monde avec des paroles, on se demande ce que peut être sa consistance. La spécificité de la figure 2 est que ça fait cercle : Σ + S, c'est ce qui fait une nouvelle sorte de S. Le symptôme fait tout autant partie de l'inconscient. La linguistique est ce qui spécifie ce dont nous interprétons le symptôme. En interprétant, nous faisons avec le Σ circularité, nous donnons son plein exercice à ce qui peut se supporter de lalangue, alors que l'analysant, ce dont il donne toujours témoignage, c'est de son symptôme. Freud disait que l'analyse était une « paranoïa raisonnée » ; il y a cette face dans l'analyse. À elle seule, l'analyse confirme que de ces trois catégories, R, S, I, les meilleurs représentants sont des dingues. Les raides-fous ne doutent pas un seul instant d'être dans le réel.
doi:10.3917/enje.004.0007 fatcat:uhvv6bazdrfc7jm32asi5xqu4e