Les élections générales du 4 mars 2013 au Kenya

Mathieu Mérino
2013 Afriqué Contemporaine  
La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il
more » ... ueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Les élections générales du 4 mars 2013 au Kenya 73 Les élections générales du 4 mars 2013 au Kenya De tensions latentes en violences contenues Mathieu Mérino Compte tenu de la gravité de la crise post-électorale de 2007-2008 (plus d'un millier de morts et 600 000 déplacés), les élections générales du 4 mars 2013 devaient servir de test majeur quant à la capacité du Kenya à reconstruire un cadre pacifié pour la compétition politique. Alors même que les résultats ont de nouveau été contestés, l'absence de crise a rassuré, en même temps qu'elle a surpris. Pour autant, l'acceptation sans heurts des résultats ne doit pas conduire à conclure à une disparition de la violence électorale. Les primaires des partis sont demeurées chaotiques et les défaillances en matière d'organisation du scrutin bien réelles, conduisant à des débordements. Les appels au calme qui ont inondé le scrutin ne doivent pas masquer les tensions, parfois violentes, qui caractérisent tout exercice de répartition du pouvoir au Kenya.
doi:10.3917/afco.247.0073 fatcat:w356od6qnvgnzdemj7fluscyzi