L'érosion de la « part gratuite » en médecine libérale Discours économique et prophéties autoréalisatrices

Philippe Batifoulier, Bruno Ventelou
2003 Revue du MAUSS  
Distribution électronique Cairn.info pour La Découverte. © La Découverte. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite
more » ... , est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.243 -29/11/2015 17h46. © La Découverte Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.243 -29/11/2015 17h46. © La Découverte L'ÉROSION DE LA « PART GRATUITE » EN MÉDECINE LIBÉRALE Discours économique et prophéties autoréalisatrices 1 par Philippe Batifoulier et Bruno Ventelou Si la croissance des dépenses de santé en France s'est globalement ralentie depuis dix ans, cet infléchissement reste fragile comme en témoigne les (fortes) hausses récentes des dépenses de l'assurance maladie. Délaissant les réflexions sur la qualité des soins dispensés, la santé est ainsi souvent regardée avec des « yeux comptables » : l'association « santé-dérapage des dépenses » est employée pour apprécier le système de santé. Porter un jugement sur la santé, c'est souvent se focaliser sur l'instabilité -à la hausse -des dépenses 2 . Ce discours n'est légitime que si l'on pense soigner mieux ou aussi bien en dépensant moins. Il cherche donc souvent à mettre l'accent sur les gaspillages et l'inflation artificielle des coûts, responsables de la « dérive » des dépenses. Au total, en pointant l'inefficacité ou l'inutilité de certaines dépenses, il justifie une régulation comptable du secteur, notamment en ce qui concerne la médecine libérale (dite « de ville »). Notre hypothèse est que cette lecture politique du système de santé est liée à la primauté d'une « évaluation marchande » sur tout autre type d'évaluation. Cette lecture entraîne paradoxalement les dysfonctionnements du système de santé qu'elle croit (trop) simplement identifier. Nous appellerons « évaluation marchande » ou « regard marchand » une façon de juger l'activité médicale sur les seuls critères de l'économie conventionnelle. L'argumentation sera menée en trois temps. Dans un premier temps, nous tenterons de repérer la part marchande des dépenses de santé en soulignant l'existence d'une « propension à marchandiser » qui transforme la « part gratuite » de l'acte médical en « part marchande ». L'érosion de cette part gratuite alourdit la dépense de santé telle que relevée par les statistiques comptables et financières. La deuxième partie cherche à expliquer cette érosion en écartant tout d'abord les approches économiques « naturalistes » qui, de la « demande induite » à la « théorie de l'agence », considèrent que la marchandisation n'est que le résultat des comportements stratégiques du médecin. Ce dernier ne serait en effet guidé que par la recherche de son intérêt comme tout acteur économique. Nous privilégions L'ÉROSION DE LA « PART GRATUITE » EN MÉDECINE LIBÉRALE
doi:10.3917/rdm.021.0313 fatcat:w4vx64hnmzbahherltsrv2v6pu