György et Márta Kurtág s'entretiennent avec Bálint András Varga

György Kurtág, Márta Kurtág
2007 Po&sie  
Distribution électronique Cairn.info pour Belin. © Belin. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord
more » ... sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © Belin | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © Belin | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) György et Márta Kurtág s'entretiennent avec Bálint András Varga (Vienne, le 25 septembre 1996) Un premier entretien avec Bálint András Varga a été traduit et publié dans Contrechamps n°12 -13 (1990). Bálint András Varga a passé la plus grande partie des trente dernières années à publier de la musique d'abord à Budapest puis, depuis 1992, à Vienne, où il travaille pour Universal Edition. Il a publié de nombreux livres, tous faits d'entretiens avec des musiciens. Ses conversations avec Lutoslawski, Berio et Xenakis ont été publiées en hongrois, en anglais, en allemand, en grec. GK -Il est assez intéressant que, ces derniers temps, j'aie rêvé de moins en moins. J'ai rêvé un morceau de musique après la mort d'Annie Fischer, et quelques notes de ce morceau ont abouti dans Virág (Fleur) 14 écrit en mémoire du père de Zoltán Koscis. Quand j'étais éveillé, il y avait peu à en faire. Mais j'ai bien rêvé que j'étais en train d'écrire un morceau. MK -« Colinda » 15 , c'est bien un autre morceau rêvé, n'est-ce pas ? GK -C'est un morceau qui fonctionne comme un rêve, mais qui n'est pas né dans un rêve. Je l'explique en disant qu'il fonctionne comme un rêve. Márta dormait, à Budaliget, tandis que je l'écrivais ! Ce que je voulais vous demander, c'est quelle est l'importance des impulsions inconscientes et instinctives dans votre travail de création. GK -Rien n'est plus important! Mon cerveau ne me conduit jamais bien loin. Comme je vous l'ai déjà dit, quand je sais comment faire une chose, quand je sais à quoi ressemblera la forme, quelle sorte de variations ou de systèmes se trouvera dans le morceau -alors, en général, je n'écris pas le morceau. Pourtant vous savez comment analyser votre oeuvre. J'étais là quand après une exécution des Quatre Caprices, vous avez dit à Zoltan Kocsis, qui dirigeait le morceau, que vous n'aviez jamais entendu la Gigue sonner aussi bien. Est-ce que l'inclusion de la Gigue dans ce morceau était un acte inconscient, instinctif ? GK -Je n'ai jamais pensé que j'étais en fait en train d'écrire une Gigue. Mais même si j'y avais pensé, ç'aurait été d'une importance secondaire. J'ai seulement senti qu'il fallait quelque chose là. Autrement dit, vous composez d'abord et analysez ensuite.
doi:10.3917/poesi.120.0165 fatcat:oufzkpxi2neuroqchm4k6nazji