L'arbre et le maintien des potentialités agricoles en zone intertropicale humide [chapter]

Daniel Y. Alexandre
Le risque en agriculture  
Dans la zone intertropicale humide, le sol et la végétation naturelle forestière sont dans un état d'équilibre apparent. La forêt est très belle mais pourtant instable. Les sols tropicaux sont très variés mais, dans leur grande majorité, ils sont à la fois pauvres et fragiles face à un climat qui, sans l'écran d'une épaisse végétation, se montre agressif. Les pluies sont à la fois violentes (parfois) et surabondantes (toujours). L'eau qui n'est pas absorbée par le sol puis transpirée par les
more » ... anspirée par les plantes peut soit s'écouler en surface en entraînant avec elle l'horizon superficiel le plus fertile (érosion), soit s'infiltrer en profondeur, emportant ce qui est soluble (lixiviation). La capacité de la majorité des sols (où le kaolin domine) à retenir les éléments fertilisants est très faible. Les conditions chaudes et humides favorisent plus la dégradation des humus que leur accumulation, ce qui accroît la fragilité physique des sols. Ils n'ont qu'une faible résistance à la compaction et sont peu perméables, même sous forêt, comme l'a montré BOULET en Guyane, puis d'autres ailleurs. L'eau, qui y reste en abondance, peut s'avérer non disponible pour les plantes qui n'ont pas comme les arbres un enracinement profond. La fertilité biologique est, comme la fertilité chimique et physique, fragile. Le climat, sans période induisant un bienfaisant arrêt vital, permet l'explosion des populations tant animales (nématodes...) que végétales (adventices néfastes aux cultures ou mauvaises herbes). Dans ces zones de forêt dense encore naguère très peu peuplée, on pratiquait la technique agricole de l'essartage, dite aussi « à longue jachère » ou encore « culture itinérante ». Mais l'expansion démographique récente exige la mise en culture de surfaces de plus en plus grandes prises au détriment de la forêt et une sinistre spirale a pris naissance : besoins accrus -» jachères raccourcie -» baisse de fertilité -> jachère encore raccourcie, etc.. Face au risque d'évolution défavorable de la fertilité, beaucoup d'essais techniques ont été tentés, qui ont été soit décevants, soit difficilement adoptables. Or certaines populations, souvent denses, ont mis en place des systèmes dits agroforestiers, associant l'arbre aux champs, qui semblent peutêtre une réponse au risque de baisse de fertilité du sol dû à une pression anthropique de plus en plus forte, et au risque de baisse de la production que cela entraîne. * Botaniste ORSTOM, 213 rue La Fayette, 75480 Paris cedex 10.
doi:10.4000/books.irdeditions.16110 fatcat:tbli5wbg4zb2vj3xwvtah72roq