Revue Generale Sur Les Rhinolithiases : A Propos De 20 Cas

S Kharoubi
2008 Journal Tunisien d ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale  
La rhinolithiase se définit comme étant une concrétion calcique solide par dépôt progressif de sels calcaires autour d'une fondation centrale résorbable ou non de forme et de dimensions variables (1). C'est une pathologie rare notamment dans les pays occidentaux où elle est souvent décrite à titre de curiosité pathologique. Elle demeure d'actualité dans les pays du tiers monde : Afrique et pays du pourtour Méditerranéen (1, 2, 3, 4, 5) compte tenu de plusieurs facteurs : pollution de
more » ... ution de l'environnement, fréquence des corps étrangers de la sphère ORL surtout chez l'enfant, certaines habitudes ethno-culturelles (applications endonasales de substances phytothérapiques où dans le cadre de certains rites), couverture sani-taire faible voire un morphotype nasal particulier (valve nasale, volumétrie endonasale) susceptible de perturber la physiologie muco-ciliaire des fosses nasales (rôle aggravant des infections à répétition). Le rhinolithe est un mélange d'eau (2,9 à 5,9%), de phosphate de magnésium (19,46%), carbonate de calcium (20,69%), phosphate de calcium (44,7%) et de composés organiques (13,2%) (6). La rhinolithiase réalise le tableau banal d'une rhinite obstructive à répétition non spécifique parfois fétide ou sanguinolente. Elle peut néanmoins simuler une pathologie plus grave (une tumeur naso sinusienne) ou être à l'origine d'une complication morbide (infection oculo-palpébrale). Le diagnostic repose sur l'examen endonasal à l'optique rigide complété par une tomodensitométrie des cavités RESUME Cette étude rapporte 20 cas de rhinolithiases colligés entre 1990 et 2007. La population concernée surtout des adultes (55% de sexe féminin) ayant le plus souvent des conditions socio-économiques défavorables. Le tableau clinique est simple et non spécifique : rhinite obstructive purulente unilatérale et fétide. Des présentations déroutantes sont possibles mais rares (infection sinusienne, oculo-palpébrale). Le diagnostic repose sur l'examen endonasal notamment à l'optique rigide. Le scanner est très intéressant pour un bon bilan loco-régional permettant en particulier de reconnaître les lésions associées ou sous-jacentes. L'extraction par les voies naturelles le plus souvent sous anesthésie locale était le procédé thérapeutique habituel. Les rhinolithes avaient entre 5 et 50 mm de diamètre avec seulement 3 corps étranger associés (15 %). Les complications sont rares (épistaxis : 10%) et l'évolution était le plus souvent favorable. MOTS CLES : Corps étranger nasal, rhinolithiase, rhinorrhée unilatérale fétide. SUMMARY This study reports 20 cases of rhinolithiasis treated between 1990 and 2007. The population concerns especially adults. The symptoms are generally represented by unilateral purulent rhinorrhea and nasal obstruction. The diagnosis is based on clinical examination. The CT-scan precises extension and associated or underlying lesions. The extraction by natural ways, often under local anesthesia, was proceeded as habitual therapeutic. The rhinoliths had between 5 and 50 mm of diameter with only 3 foreign bodies associated (15%). The complications are rare (nasal bleeding: 10%).
doi:10.4314/jtdorl.v18i1.42043 fatcat:n74bmnb2tve25b7qauz3jxjqfu