L'analyse politique critique au Canada anglais et la question du Québec, 1970-1993

Serge Denis
1993 Politique  
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : info@erudit.org Article « L'analyse politique critique au Canada anglais et la question du Québec, 1970-1993 » Serge Denis Politique, n° 23, 1993 Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/040751ar Note : les règles d'écriture des
more » ... nces bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/ Document téléchargé le 13 février 2017 04:35 Il y aurait beaucoup à dire sur les théories élaborées au Canada anglais sur les réalités québécoises depuis le XIX* siècle. Nous verrons de quelle façon le nationalisme québécois et ses revendications constitutionnelles ont été analysées dans les universités canadiennes, durant les vingt-cinq dernières années. Il est possible de retracer chronologiquement l'hégémonie de quelques grands paradigmes théoriques, qui se suivent selon des enchaînements à la fois de filiation et de rupture. L'attachement aux institutions étatiques tend pourtant à apparaître comme une constante desdits paradigmes, conditionnant dans certains cas la perception des phénomènes circonscrits et, ce qui devient paradoxal, la définition démocratique même des rapports entre populations et... institutions. Les développements souvent tumultueux de la vie politique canadienne au cours des dernières décennies ont contribué à décupler l'attention que les sciences sociales, en * Cet article résulte d'une mise à jour de la communication présentée au colloque de la Société québécoise de science politique, tenu à l'Université Laval dans le cadre du congrès de l'Acfas, en mai 1990. La communication a servi à la rédaction du livre Le long malentendu, publié aux éditions du Boréal en 1992, dans lequel on retrouve certains des points de vue exposés ici. Je remercie les évaluateurs anonymes de la Revue pour leurs conseils judicieux. * * Dans le présent article, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d'alléger le texte. Revue québécoise de science politique, no 23, hiver 1993. DerWL'analyse politique critique... 2. Daniel Drache, «Whatever Happened to Canadian Nationalism», in Canadian Dimension, vol. 18, no 5, oct.-nov. 1984, p. 15-20. 3. William D. Coleman, The Independence Movement in Québec, 1945-1980, Toronto, University of Toronto Press, 1984, p. 4. R.Q.S.P./N° 23 Les développements de l'économie canadienne ont donné naissance, explique-t-il, à de puissants intérêts régionaux qui soulèvent du mécontentement devant les politiques prétendant s'adresser aux besoins de cette économie prise comme un tout. Comme, d'un autre côté, les pouvoirs publics au Canada ont traditionnellement participé à la vie économique, plus que ceux d'autres pays occidentaux, les différences entre les intérêts des régions se sont naturellement manifestées dans les orientations des gouvernements provinciaux, ce qui a entraîné le phénomène du «province-building». Depuis la fin de la Seconde Guerre, ces processus ont été accélérés, car il y a eu baisse relative, en plus, du poids des secteurs économiques capables de porter l'affermissement de l'autorité du gouvernement central (par exemple, «les banques», «les compagnies maritimes et les chemins de fer transcontinentaux» 7 ). Or, ainsi que Stevenson l'a à nouveau exprimé plus récemment, une politique de «nationalisme économique» ne peut s'appuyer que sur «un gouvernement central fort». Le Canada ayant été formé «en dépit (des lois) du marché», s'en remettre au seul jeu de ces lois revient à prôner «l'intégration continentale» dans l'empire économique américain 8 . Pour éviter cette éventualité, il faut s'arc-bouter à une stratégie de nationalisme économique, qui requiert la nette prédominance d'Ottawa sur les législatures provinciales. Ce n'est pas que Stevenson identifie péremptoirement le gouvernement central aux politiques de progrès, mais il juge le renforcement du pouvoir fédéral nécessaire à la résistance économique à l'emprise américaine, et pose toutes les oppositions à ce renforcement, pêle-mêle, comme relevant de tendances à la continentalisation. Les aspirations nationales du Québec pesaient donc dans le sens de la réaction politique. Elles s'expliquaient essentiellement, depuis les années 1960, comme projet politique d'une petite-bourgeoisie qui voulait 7.
doi:10.7202/040751ar fatcat:vmwgoldyrndlhkrbmrogrqrdv4