Le diabète chez l'enfant et l'adolescent

Urs Zumsteg
2017 Swiss Medical Forum = Forum Médical Suisse  
Avec l'asthme et l'épilepsie, le diabète sucré compte parmi les maladies chroniques les plus fréquentes chez l'enfant et l'adolescent. La pose du diagnostic de diabète à l'âge pédiatrique est quasiment toujours synonyme de traitement immédiat à vie et confronte souvent l'équipe de diabétologie à un grand défi. Il est de plus en plus fréquent que la maladie se manifeste déjà chez les enfants en bas âge et les enfants d'âge préscolaire, le comportement alimentaire incontrôlable, mais également
more » ... , mais également les injections d'insuline, les auto-mesures de la glycémie et les épisodes d'hypoglycémie non détectés suscitant alors souvent des peurs et des incertitudes chez les parents. Plus tard, à l'âge de l'école primaire également, les enfants sont moins souvent sous la surveillance de leurs parents, ont des activités très variables et ne peuvent pas encore contrôler eux-mêmes leur diabète; la participation de l'entourage et de l'école est alors requise. Durant la puberté, avec les changements physiques et psychosociaux qu'elle implique, des aspects totalement différents entrent en ligne de compte; dans le même temps, les hormones se posent en adversaire et sont responsables de fluctuations prononcées de la glycémie, avec des épisodes d'hypoglycémie et d'acidocétose plus fréquents, et ce malgré des efforts parfois considérables pour garder le diabète sous contrôle. La nécessité d'adapter constamment la dose d'insuline est une caractéristique tout à fait typique dans la diabétologie pédiatrique: il n'existe pratiquement pas de posologie constante ou d'évolution stable durant plusieurs semaines. Grâce aux nouvelles préparations d'insuline et aux technologies modernes, l'insulinothérapie s'approche toujours plus de la physiologie. Dans le contexte pédiatrique, le traitement par pompe à insuline, qui permet une programmation individuelle très flexible, est très répandu dans tous les groupes d'âge. La plupart des études indiquent également que cette forme de traitement pouvant très rapidement être adaptée en fonction des circonstances entraîne une amélioration de la qualité de vie. L'association d'une pompe à insuline et d'un système de mesure du glucose en continu offre une sécurité encore plus grande, puisque les évolutions postprandiales et les éventuelles hypoglycémies nocturnes peuvent être détectées grâce à un système d'alarme intégré et être corrigées. Les systèmes les plus récents permettent une suspension temporaire de l'administration d'insuline en cas d'hypoglycémie par le biais d'un capteur relié à la pompe, avec la possibilité de paramétrer individuellement le seuil critique de glucose. La prochaine étape sera un système en boucle fermée, qui minimisera les fluctuations de la glycémie en adaptant en permanence l'insuline délivrée en fonction des mesures de la glycémie. Mais ce ne sont là que des aides techniques, le diabète persiste et avec lui, la nécessité permanente de contrôle et de traitement, qui requièrent observance et acceptation pour pouvoir être mis en oeuvre au quotidien. La prise en charge des enfants et adolescents diabétiques par une équipe interdisciplinaire devrait aujourd'hui être la règle. A côté de l'endocrinologue pédiatrique, l'infirmière conseil en diabétologie et la diététicienne occupent une place centrale; en fonction des besoins et de la phase de vie, une assistante sociale, ainsi qu'un pédo-psychologue ou -psychiatre, peuvent en outre être impliqués. Un environnement adéquat, les parents, la fratrie, l'école et les amis jouent un rôle tout à fait déterminant dans l'acceptation et la prise en charge de cette affection chronique souvent très contraignante au quotidien. Les hypoglycémies et acidocétoses sévères peuvent être considérablement réduites, si ce n'est évitées, grâce à une information continue, aux technologies et principes thérapeutiques modernes et à un accompagnement des enfants et adolescents par des professionnels qualifiés. La qualité de vie des enfants et adolescents souffrant de diabète de type 1 s'est nettement améliorée au cours des dernières années, et les complications tardives du diabète peuvent également être dépistées et traitées précocement. Ce numéro contient une revue «state of the art» rédigée par l'équipe de diabétologie pédiatrique des Hôpitaux Universitaires de Genève [1], qui décrit très bien et très clairement les exigences modernes et les directives à suivre après la pose du diagnostic. Disclosure statement L'auteur n'a pas déclaré des obligations financières ou personnelles en rapport avec l'article soumis. Référence 1 Klee P, Dirlewanger M, Schwitzgebel VM. La prise en charge du jeune diabétique type 1. Forum Med Suisse. 2017;17(46):998-1008.
doi:10.4414/fms.2017.03105 fatcat:pvug2b4wpnbivgsucdwlmvhipu