Insécurité urbaine et politiques d'interventions : la réalité italienne

Francesco Carrer
2004 Déviance et Société  
4 -Volume 28 ISSN 0378-7931 | ISBN | pages 463 à 485 Pour citer cet article : -Carrer F., Insécurité urbaine et politiques d'interventions : la réalité italienne, Déviance et Société 2004/4, Volume 28, p. 463-485. Distribution électronique Cairn pour Médecine et Hygiène. © Médecine et Hygiène. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le
more » ... ion du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. quelques années, l'Italie aussi est confrontée aux problèmes de l'insécurité urbaine. Il s'agit d'un phénomène aux causes individuelles et collectives multiples dont l'ampleur est, toutefois, souvent surestimée par la population et les médias. Pour y répondre, l'Italie a mis en oeuvre toute une série de mesures. Ces mesures s'inspirent d'expériences menées dans des pays étrangers. Elles ont été formalisées par le projet « Villes sûres » initié, en 1994, par la région d'Emilie-Romagne. Un premier bilan de dix années de leur application montre que la politique de sécurité mise en place est axée sur la recherche, dans tous les domaines, d'une collaboration Etat/régions/autorités locales (provinces et communes) pour développer et améliorer les réponses préventives et répressives. Dans ce cadre, des protocoles et des contrats de sécurité ont été signés et, dans certaines régions, des lois spécifiquement régionales sur la sécurité ont été promulguées. L'esprit de cette politique est multiple : agir dans tous les domaines qui affectent la sécurité et la qualité de vie ; faire travailler ensemble tous les acteurs sociaux concernés ; et, rendre les autorités locales parties prenantes aux mesures à adopter et à appliquer.
doi:10.3917/ds.284.0463 fatcat:a4rh3dupyfayhag6pjjcu4ny34