Les loisirs culturels des 6-14 ans. Contribution à une sociologie de l'enfance et de la prime adolescence

Sylvie Octobre
2006 Enfances, Familles, Générations  
En France, comme ailleurs, les loisirs des moins de 15 ans n'avaient jusqu'à peu jamais fait l'objet d'investigation d'ensemble. Considérés comme des êtres infra-sociaux, à protéger contre les méfaits de certaines activités (notamment médiatiques) ou bien supposés très largement déterminés par la culture familiale, les plus jeunes n'étaient l'objet d'analyse qu'au passage à l'adolescence. On manquait ainsi d'informations sur le poids de l'enfance et de la pré-adolescence en matière de formation
more » ... atière de formation des goûts. L'enquête réalisée par le Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) du Ministère de la Culture et de la Communication française permet de donner une vision panoramique de l'investissement des 6-14 ans dans le loisirs, rendant leurs parts respectives aux consommations médiatiques (télévision, écoute de musique, de radio, ordinateur, jeux vidéo), à la lecture, aux pratiques artistiques amateurs, à la fréquentation des équipements culturels (cinéma, bibliothèques, lieux de spectacles et de patrimoine), au sport et au jeu. Il s'agit ici de revenir sur cette enquête, dont les résultats ont été récemment publiés (Octobre, 2004) , en se focalisant sur trois questions : quel est l'effet de l'âge sur la modification du rapport aux loisirs ? Quel est celui du sexe ? Comment la socialisation primaire familiale prend-elle pour objet les loisirs et contribuet-elle à la production et à la reproduction des habitus ? Ce faisant, on contribue à la (re?)fondation d'un discours sociologique et politique sur l'enfance à travers le prisme des activités culturelles. Abstract In France, as elsewhere, there has been to date little or no wide sweeping inquiry into the leisure habits of the under-fifteen age group. These young people have always been considered as being infrasocial, as being subject to protection from the negative aspects of certain activities (and more especially those of the media) or as having leisure activities very largely determined by their family culture. They have therefore escaped such inquiries prior to crossing into adolescence. Consequently, there has been a lack of available information as to the role of early childhood and pre-adolescence in the development of their tastes. The study carried out under the aegis of the Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) of the French Department of Culture S. Octobre, Les loisirs culturels des 6-14 ans. Contribution à une sociologie de l'enfance et de la prime adolescence, Enfances, Familles, Générations, n o 4, 2006, p. 146-174 -www.efg.inrs.ca and Communications provides a panoramic take on the input of 6-14-year olds with respect to their leisure activities, and ascribes their respective shares to the media (television, listening to music, radio, computer, video games), to reading, to amateur arts, to making use of cultural facilities (cinemas, libraries, live entertainments, heritage sites), and to sports and games. This article picks up on this study (whose results were published in October 2004), and focuses on three questions: how does age impact on changes in attitudes to leisure occupations? What effect does gender have? How and to what extent does primary family socialization target leisure activities and contribute to the reproduction of the phenotype? This discussion will contribute to the (re?)-opening of a sociological and political discourse on childhood seen through the prism of cultural activities.
doi:10.7202/012898ar fatcat:fsoypmt4zfa6vcapciek3md24a