Comptes rendus

2011 Revue du Nord  
Distribution électronique Cairn.info pour Association Revue du Nord. © Association Revue du Nord. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce
more » ... soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Jean-Robert ARMOGATHE, Pascal MONTAUBIN, Michel-Yves PERRIN, Yves-Marie HILAIRE dir., Histoire générale du christianisme, t. I : Des origines au XV e siècle, t. II : Du XVI e siècle à nos jours, Paris, PUF, 2010, 1534 et 1318 p. 2852 pages, telle est la somme proposée par J.R. Armogathe, P. Montaubin, M.Y. Perrin et Y.M. Hilaire aux lecteurs intéressés par l'évolution du christianisme depuis vingt siècles. D'emblée, le lecteur a conscience d'être confronté à un ouvrage de référence appelé à durer, même s'il ne s'agit pas de la seule tentative de cette nature menée au cours des vingt dernières années. On songe surtout aux quatorze volumes de l'Histoire du christianisme des origines à nos jours dirigés par J.M. Mayeur, L. et C. Pietri, A. Vauchez et M. Venard et publiés entre 1990 et 2001. Avec cette Histoire générale du christianisme, le projet est un peu différent, se veut moins exhaustif. Les objectifs sont définis dans une large préface par un des principaux acteurs de cette vaste entreprise, J.R. Armogathe, que l'on sait être agrégé de lettres classiques, normalien ... et aumônier de l'ENS (Ulm), tout en assurant une direction d'études à l'EPHE. Les 73 collaborateurs qui ont été mobilisés ont eu pour dessein, autant que faire se peut, de traiter en commun de toutes les évolutions des différentes Églises chrétiennes, tout en privilégiant « l'impact du christianisme sur les cultures ». Sans s'en tenir à un événementiel envahissant (les riches tables chronologiques des pages 1425-1577 du premier tome et 1228-1279 du second permettent d'en faire l'économie), les auteurs ont voulu privilégier par grandes tranches chronologiques des approches thématiques en définissant les situations des Églises (entendons par là leurs diverses formes d'engagement et d'intervention) dans trois domaines : les courants de pensée, les mouvements socio-politiques (systèmes de pouvoir, structures sociales, organisation économique), les modes de vie et de comportements. De façon délibérée, même si 39 des 73 contributeurs sont français, les initiateurs du projet ont tenu à ce que la tradition historiographique française n'occupe pas trop de place. Il n'est pas non plus exagéré de dire que la tonalité générale du livre est optimiste. Du reste Y.-M. Hilaire donne encore le ton dans la dernière page de cette somme : « Malgré les apparences..., le christianisme résiste mieux et connaît des renouvellements inattendus et prometteurs ». On ne contestera pas le droit pour ces contributeurs, dont la plupart sont des hommes et des femmes de foi, de penser que le christianisme a les promesses de la vie éternelle. Nous avons l'impression que quelquefois, même si les exposés sont toujours argumentés et nuancés, les aspects négatifs, sans être occultés, ont été un peu estompés. Certes, on ne doit pas juger de la vitalité du christianisme en fonction du spectacle d'une Europe à propos de laquelle l'actuel pontife romain a un jour parlé d'« apostasie ». Il demeure, mais les auteurs dénonceront bien sûr en la circonstance un jugement téméraire, que, par exemple, l'incompréhension que le discours moral tenu inlassablement par le magistère romain rencontre dans de très larges secteurs des sociétés développées aurait mérité une prise en compte plus grande, mais n'anticipons pas trop, puisque le XX e siècle n'occupe que les 359 dernières pages du livre. Comptes rendus REVUE DU NORD, TOME 93 -N°389, JANVIER-MARS 2011, P. 193-222 rues inégalement neuves ; il est vrai que, lorsque l'on aborde une période et des thématiques sur lesquelles on a beaucoup travaillé, on a le sentiment de voir simplement 194 COMPTES RENDUS COMPTES RENDUS 219
doi:10.3917/rdn.389.0193 fatcat:4a4rvwd6dzdxpjroefeezzjj6a