Caecal microflora and fermentation pattern in exclusively milk-fed young rabbits

Marilia T.S. Padilha, Dominique Licois, Thierry Gidenne, Bernard Carré
1999 Reproduction nutrition development (Print)  
Thirty-two SPF New Zealand White rabbits of both sexes were used in this experiment. They were sequentially slaughtered at 22, 29, 35 and 42 days of age. The rabbits were only milked by their mother and by foster mothers (no access to solid food) throughout the experiment. They exhibited a caecal fermentation pattern that turned towards a proteolytic metabolic activity (high levels in NH 3 and in branched-chain fatty acids and valeric acid: 17 mmol ' L ' ' and 1 mmol-L-', on average,
more » ... average, respectively). The absence of caecal cellulolytic microflora and the low concentration of the total volatile fatty acids (tVFA) could be explained by the lack of substrate that would have been brought by a solid feed. From day 29 onwards, the low tVFA (12.5 mmol-L-1 ) and high NH 3 concentrations (16.5 mmol-L-1 ) explained the high pH value (6.8 on average). This could be considered as a pathological value in weaned rabbits, but in our case no clinical signs of diarrhoea were observed. The evolution of the colibacilli flora according to age was similar to that usually described and thus was not correlated with pH, tVFA or cellulolytic flora. The evolution of the colibacilli population (from 10! bact/g on day 22 to 10 3 on day 42) seemed dependent on ontogenic factors rather than on the composition of the caecal media (pH, etc.). © Inra/Elsevier, Paris. rabbit / milky diet / caecal microflora / caecal fermentation / pH Résumé ― Étude de la microflore et de l'activité fermentaire caecale chez le lapereau nourri exclusivement avec un régime lacté. Trente-deux lapins Néo-Zélandais, SPF ont été utilisés et abattus à 22, 29, 35 et 42 j d'âge. Le maintien d'une alimentation uniquement lactée jusqu'à 42 j, fournie par leur mère et par une femelle nourricière, a conduit à un profil fermentaire orienté vers une activité métabolique protéolytique (teneur élevée en NH 3 et en AGV mineurs : respectivement 17 mmol!L-! et 1 mmol!L-! de contenu caecal, en moyenne). L'absence de flore cellulolytique et la concentration très faible en acides gras volatils totaux (tAGV) s'expliquent par l'absence de substrat qui aurait pu être apporté par l'aliment solide. À partir du 29 e jour, les teneurs faibles en AGVt (12,5 mmol-L-1 ) et fortes en NH 3 (16,5 mmol-L-1 ) expliquent une valeur élevée et stable du pH, à 6,8 en moyenne. Ceci peut est considéré comme une valeur pathologique chez le lapin sevré mais dans notre cas aucun signe clinique de diarrhée n'a été observé. L'évolution de la flore colibacillaire en fonction de l'âge (de 10! à 10 3 bact-g-1 en moyenne, entre 22 et 42 j), a été similaire à celle qui est classiquement décrite. La corrélation positive entre le pH caecal et les Escherichia coli mentionnées par certains auteurs n'est par conséquent pas retrouvée ici. De même, nos résultats n'indiquent pas de corrélation significative entre le niveau de colibacilles dans le caecum et la teneur en NH, caecal, ou avec la présence d'une flore cellulolytique mesurable. L'évolution de la population colibacillaire semble donc plutôt dépendante de facteurs ontogéniques et non pas de facteurs dépendant de l'alimentation solide. @ Inra/Elsevier, Paris. lapin / alimentation lactée / microflore caecale / fermentation caecale / pH
doi:10.1051/rnd:19990207 fatcat:syy23vhgundp3d6rfzigy2acmu