L'asymétrie en Asie du Sud-Est, un mode opératoire systématique ?

Nathalie Hoffmann
2003 Revue internationale et stratégique (En ligne)  
Distribution électronique Cairn.info pour Armand Colin. © Armand Colin. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.224 -30/03/2016 15h20. © Armand Colin Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.224 -30/03/2016 15h20. © Armand Colin Les acteurs asymétriques : études de cas L'asymétrie en Asie du Sud-Est, un mode opératoire systématique ? Jusqu'à la disparition du système bipolaire, les rapports de force étaient différenciés dans le monde occidental en deux catégories principales : les guerres étatiques, « symétriques » 1 ou « dissymétriques » 2 , ou les opérations de guérilla, telles que les « petites guerres » dont parle Charles Callwell dès la fin du XIX e siècle 3 . Cependant, depuis la disparition de l'URSS, on a assisté à la réapparition, ou plutôt à une très forte accentuation, des conflits de basse intensité ainsi que des opérations de guérilla et des actes de terrorisme 4 . Cette tendance, qui a pu être observée d'une manière générale dans le monde, a été tout particulièrement significative en Asie du Sud-Est. Dans les conflits dits « symétriques », les belligérants sont généralement des acteurs étatiques et ont des objectifs identiques. Il s'agit, de manière très classique, d'emporter la victoire militaire sur l'adversaire ou d'asseoir une domination plus ou moins symbolique sur lui. Le plus souvent, les moyens dont disposent les deux camps pour y parvenir sont, sinon égaux, du moins sensiblement équivalents ; et l'usage des armes s'effectue selon des règles identiques sans un quelconque « détournement » de ces dernières, à la manière de l'utilisation des missiles Stinger par les moudjahidin afghans lors de la guerre contre les Soviétiques. Concernant les conflits dits « asymétriques », les « belligérants » sont, le plus souvent, des acteurs non étatiques, dotés de moyens et d'effectifs bien moins importants que les forces de sécurité auxquelles ils sont confrontés. Les stratégies qu'ils emploient -techniques diverses de guérilla, attentats et autres actes de terrorismevisent donc, quelle que soit leur idéologie, à pallier les différences capacitaires auxquelles ils sont confrontés face à leurs adversaires. Comme l'affirme Bruce Hoffman 5 dans sa description des processus constitutifs de la plupart des mouvements terroristes, lorsque certains groupes se trouvent dans l'impossibilité de trouver un terrain de dialogue avec un État, les actions armées choisies de manière délibérée et réfléchie La revue internationale et stratégique, n°51, automne 2003 * Chargée de cours à l'Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) et à l'Université du Havre. 1. Impliquant un niveau équivalent de moyens, qu'ils soient conventionnels ou non conventionnels. 2. Pouvant impliquer une différence de niveau mais pas des règles d'usage et des stratégies employées.
doi:10.3917/ris.051.0115 fatcat:ertzztkedra5fjppdvxqglk4ea