La recherche en travail social, une brève histoire d'un paradigme scientifique

Stéphane Rullac
2014 Le sociographe  
Distribution électronique Cairn.info pour Champ social. © Champ social. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © Champ social | Téléchargé le 17/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © Champ social | Téléchargé le 17/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) Stéphane Rullac La recherche en travail social, une brève histoire d'un paradigme scientifique La conférence de consensus organisée par le CNAM (Conservatoire national des arts et métiers) et l'UNAFORIS (Union nationale des associations de formation et de recherche en intervention sociale), en 2012, a participé au retour sur le devant de la scène scientifique de la « recherche en travail social ». En proposant de réfléchir collectivement à « La recherche en/dans/sur le travail social », cette mobilisation a invité les acteurs scientifiquement impliqués dans la recherche appliquée au travail social à se questionner « sur [la] question des "savoirs professionnels" et sur la possibilité de constituer un jour "une science du social" ou "les sciences du social" » (Marcel Jaeger et Frederik Mispelblom-Beyer, 2011, pp. 30-31). Si le point de départ de la réflexion reposait principalement sur le clivage de la recherche « en » et « sur » le travail social, le rapport final du jury a fortement nié la pertinence de cette opposition initiale : « La formulation de la question paraît rétrospectivement d'une importance réduite. La langue anglaise n'induit pas de telles interrogations relatives à des prépositions. Elle conduit à parler plus simplement de social work research. Par ailleurs la question sémantique renvoie plutôt à des habitudes de langage qui ne traduisent pas toujours des positions nettes et contradictoires » (Jaeger, 2014, p. 247). Ainsi considérée, la recherche en travail social serait une approche idéologique mobilisée par des jeux d'acteurs stratégiques, motivés par des intérêts plus politiques que scientifiques. « L'affaire » contemporaine de la La recherche en travail social, une brève histoire... / 157
doi:10.3917/graph.hs07.0157 fatcat:gyabba2errgnlknfcouw7i76ri