Souvenirs singuliers des années 68, etc

Michèle Le Doeuff
2009 Sens public  
Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter en ligne. https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/ Cet article est diffusé et préservé par Érudit. Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de lMontréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. https://www.erudit.org/fr/ Document
more » ... t.org/fr/ Document généré le 29 juin 2020 21:44 Sens public Souvenirs singuliers des années 68, etc. Michèle Le Doeuff La différence des sexes : enjeux et débats contemporains 2009 URI : https://id.erudit.org/iderudit/1064184ar DOI : https://doi.org/10.7202/1064184ar Aller au sommaire du numéro Éditeur(s) Département des littératures de langue française Découvrir la revue Citer cet article Le Doeuff, M. (2009). Souvenirs singuliers des années 68, etc. Sens public. Résumé: Michèle Le Doeuff, philosophe (auteure notamment du Sexe du savoir, Paris, Aubier, 1998, réédition: mars 2000 chez Champs Flammarion ; L'étude et le rouet. Des femmes, de la philosophie, etc., in, Paris : Éd. du Seuil, 1989, 2008) témoigne dans ce texte des années 68 qu'elle vécut, alors qu'elle était professeur de philosophie en lycée, entre Bretagne natale et Quartier Latin, en particulier comme actrice dans le mouvement féministe naissant. Envoix de 68 68, sans fin ÉCHANGES AVEC JEAN-LUC NANCY, CAROLE DELY A la recherche de 68 JÚLIA LÁNGH Soixante-huitards (Fleurs d'utopie sur l'asphalte des grandes villes) GYÖRGY KONRÁD Souvenirs singuliers des années 68, etc. MICHÈLE LE DOEUFF Vingt ans en 68 GENEVIÈVE FRAISSE Cosmopolitique de 68 en Europe et ailleurs La classe politique prise de panique en Mai 1968 : comment la guerre civile fut évitée ? MATTEI DOGAN L'iconographique de Mai 68 : un usage intentionnel du photoreportage noir et blanc ou couleur. L'exemple de Paris Match (mai-juin 1968) AUDREY LEBLANC Sous les pavés de la capitale, la plage de la Croisette LAETITIA BALTZ À la recherche de l'autonomie : le groupe 'Socialisme ou Barbarie' et Mai 68 CHRISTOPHE PREMAT Démocratie et opposition extraparlementaire en Allemagne sous la Grande Coalition NIALL BOND Mouvement étudiant mexicain de 1968 : que s'est-il passé au Yucatan et quelles furent les réactions de la presse ? PEDRO ECHEVERRÍA V. Mai 68 dans la presse catholique portugaise SANDRA DUARTE Devenirs de 68 Les héritages contestataires de Mai 68 IRÈNE PEREIRA Mai 68, le conflit des interprétations CHRISTOPHE PREMAT May 68. A contested history CHRIS REYNOLDS A propos de Jakob Robert Schmid DOMINIQUE OTTAVI 1968, 1998, 2008 : le théâtre et ses fractures générationnelles MARION DENIZOT Emancipation ou aliénation sexuelle ? La révolution des moeurs en débat CHRISTOPHE PREMAT Article publié en ligne : 2009/02 http://www.sens-public.org/article.php3?id_article=625 © Sens Public | 2 Souvenirs singuliers des années 68, etc. Michèle Le Doeuff C'était en Mai, y novel temps d'été, Chantaient oisels, florissaient arbres, Li CRS contre li Comte Bendit Estoquaient à moult géhenne. etour à Paris dans la seconde moitié de juin, après six semaines passées en Bretagne, où Mai eut lieu aussi d'ailleurs. On ne lançait plus le pavé, en tout cas si ma mémoire est bonne ; les barricades rue Gay-Lussac, c'était fini : on parlait. Un besoin énorme d'expression et d'échanges s'était affirmé, sous les formes les plus diverses, y compris un poème, concocté par des amis médiévistes, dont vous venez de lire un fragment. Des comédiens allaient jouer dans des usines ; les spectacles (on parle aujourd'hui de 'théâtre d'intervention') étaient suivis de débats qui duraient parfois des heures. Le besoin de parole qui se montrait chez plusieurs millions de nos compatriotes, je le ressens toujours, comme besoin, comme droit aussi évidemment, comme volonté de fabriquer les mots qui manquent. Mais je le ressens plus encore dans ses difficultés telles que j'ai pu les vivre en ce temps-là. R Une Assemblée Générale de philo était annoncée à Censier pour l'après-midi ; je m'empresse d'y diriger mes pas. Censier, c'était une annexe de la Sorbonne, un bâtiment plus ou moins préfabriqué, assez moche, assez triste, mais les enfants du baby-boom en avaient vus d'autres et allaient en voir d'autres par la suite. Je pris un couloir tapissé d'affiches, comme plus tard les abris-bus que peut-être 68 aura inspirés aux publicitaires. Inoubliable : une feuille proprette scotchée sur une porte : « Commission de réflexion sur la condition des femmes ». Ah, tiens ? Tel fut mon premier contact avec 68 au Quartier Latin. Tiens, tiens... car, au cours des premiers jours de Mai, à l'ENS de Fontenay où j'étais élève, j'avais déjà compris que, selon mes camarades d'études les plus politisées, le mouvement était tout bonnement décalé. Elles vont vite évoluer, comme beaucoup, mais leur toute première réaction fut de considérer qu'il se passait quelque chose qui déraillait. Celles qui étaient maoïstes montraient une inquiétude sincère : selon la théorie, un mouvement révolutionnaire commence dans la classe ouvrière, puis les étudiants s'y joignent en suivant les idées justes produites par les masses. Celles qui étaient piliers de l'UNEF semblaient plutôt éprouver une belle colère : « Toute l'année, on a donné aux étudiants le discours de fond contre le gouvernement et l'affreux projet de réforme de l'enseignement Article publié en ligne : 2009/02 http://www.sens-public.org/spip.php?article625 © Sens Public | 3 Michèle Le Doeuff Souvenirs singuliers des années 68, etc.
doi:10.7202/1064184ar fatcat:xnpcaqy2jvec7lywdpb5f7v3ny