Le pardon communautaire est-il possible? : La contribution du roman Disgrâce de J.M. Coetzee

Pol Vandevelde
2007
Nutzungsbedingungen Die ETH-Bibliothek ist Anbieterin der digitalisierten Zeitschriften. Sie besitzt keine Urheberrechte an den Inhalten der Zeitschriften. Die Rechte liegen in der Regel bei den Herausgebern. Die auf der Plattform e-periodica veröffentlichten Dokumente stehen für nicht-kommerzielle Zwecke in Lehre und Forschung sowie für die private Nutzung frei zur Verfügung. Einzelne Dateien oder Ausdrucke aus diesem Angebot können zusammen mit diesen Nutzungsbedingungen und den korrekten
more » ... unftsbezeichnungen weitergegeben werden. Das Veröffentlichen von Bildern in Print-und Online-Publikationen ist nur mit vorheriger Genehmigung der Rechteinhaber erlaubt. Die systematische Speicherung von Teilen des elektronischen Angebots auf anderen Servern bedarf ebenfalls des schriftlichen Einverständnisses der Rechteinhaber. Haftungsausschluss Alle Angaben erfolgen ohne Gewähr für Vollständigkeit oder Richtigkeit. Es wird keine Haftung übernommen für Schäden durch die Verwendung von Informationen aus diesem Online-Angebot oder durch das Fehlen von Informationen. Dies gilt auch für Inhalte Dritter, die über dieses Angebot zugänglich sind. Ein Dienst der ETH-Bibliothek ETH Zürich, Rämistrasse 101, 8092 Zürich, Schweiz, www.library.ethz.ch http://www.e-periodica.ch REVUE DE THÉOLOGIE ET DE PHILOSOPHIE, 139 (2007), P. 65-77 LE PARDON COMMUNAUTAIRE EST-IL POSSIBLE? La contribution du roman Disgrâce de J. M. Coetzee Pol Vandevelde Résumé Dans cette étude je poursuis deux objectifs: d'une part, je tente d'établir d'un point de vue théorique les tenants et aboutissants de la question de savoir si le pardon entre deux communautés est possible ; d'autre part, j'examine les obstacles et les dangers d'un tel pardon. En ce qui concerne le premier objectif, je fais appel à Hannah Arendt qui nous a donné dans La condition de l'homme moderne une définition du pardon que j'applique aux relations entre communautés. Afin d'examiner les problèmes d'un pardon inter-communautaire, jefais usage du roman de J. M. Coetzee, Disgrâce, qui offre à mon sens une illustration de ce qu 'un tel pardon entraînerait. La situation que décrit Coetzee, et a laquelle je me réfère également, est celle de l'Afrique du Sud après l'apartheid. Le pardon est un acte remarquable dans la mesure où les gens peuvent échapper aux conséquences de leurs actions. Au lieu d'être condamné à faire face à la réaction causée par ce qu'on a fait, on peut demander pardon. S'il est accordé, il nous libérera de ce que nos actions pourraient provoquer, allégera notre culpabilité et notre honte. Alors qu'une promesse nous engage à agir POL VANDEVELDE Je me propose deux objectifs dans cette étude: d'une part, établir d'un point de vue théorique les tenants et aboutissants de la question de savoir si le pardon entre deux communautés est possible et, si oui, comment et selon quels mécanismes; d'autre part, examiner les obstacles et les dangers d'un pardon communautaire. Afin d'examiner le premier point, j'en appelle à Hannah Arendt qui nous a donné dans La condition de l'homme moderne ' une définition du pardon qui est devenue canonique. Afin d'examiner le second point, je ferai usage du roman de J. M. Coetzee, Disgrâce1, qui offre à mon sens une illustration de ce que le pardon communautaire entraînerait. Coetzee est cet écrivain sud-africain qui reçut le prix Nobel de littérature en 2003 et se sentit forcé de quitter l'Afrique du Sud à cause de ce roman. Lui qui fut un opposant de l'apartheid lorsqu'il était dangereux de s'y opposer s'est vu accusé d'être raciste et injuste dans sa description de l'après-apartheid. L'accusation venait de ceux-là mêmes que Coetzee soutenait et défendait, les membres de l'African National Congress. Coetzee vit depuis 2002 en Australie. Commençons par examiner d'un point de vue théorique la notion de pardon dans une perspective surtout communautaire. Le pardon communautaire est-il possible Hannah Arendt nous dit dans La condition de l'homme moderne que ie pardon est un acte essentiellement lié à la pluralité au sens où il engage au minimum la partie coupable et la partie lésée3. En outre il est essentiellement humain. C'est là, nous dit Arendt, la nouveauté apportée par le christianisme. «Celui qui a découvert le rôle du pardon, c'est Jésus de Nazareth.»4 Alors que dans l'Ancien Testament Dieu seul a le pouvoir de pardonner, avec le Christ l'homme a maintenant ce pouvoir : «Si vous pardonnez du fond de votre coeur». Dieu fera «de même» (Mt 18,35)5. Ou encore : «Et lorsque vous priez, si vous avez quelque chose contre quiconque, pardonnez-lui de façon que votre Père dans les cieux puisse vous pardonner» (Me 11,25)6. Non seulement l'homme peut pardonner, mais il en a même le devoir: «Et s'il pèche contre toi sept fois dans la journée et sept fois vient à toi et dit: 'Je me repens", pardonne-lui»
doi:10.5169/seals-381737 fatcat:kj3vlny55bajjd6dzq5323mt24