L'étrange musique

2009 Po&sie  
Distribution électronique Cairn.info pour Belin. © Belin. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord
more » ... sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © Belin | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © Belin | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) L'étrange musique 1 Préparatifs Dans l'arène on attend les fauves, mais ce sont des trompettes qui font leur entrée, soulevées par un invisible troupeau d'éléphants qui rejoint modestement les places du fond. Les palmiers qu'on a serrés dans les jardinières le long de toutes les allées du palais de la musique ont envie de s'échapper, parce qu'une odeur a fini par leur dévoiler ce qui devait être tenu secret. La plupart des instruments descendent des forêts ; cette origine, on la devine encore à leur peau, leur bois et leur boyau. Les percussions ont appris à résonner dans les éboulis, et les forges ont formé le cuivre à sonner et à faire retentir la fanfare. Issus d'une société primitive, préhistorique, ils se sont tous retrouvés peu à peu au milieu de celle, plus distinguée, du public. Mais le public lui aussi est descendu un jour des forêts. Il tape dans les mains, attend celui qui domptera la cymbale aux aguets et les timbales qui se ruent, et donne en vérité le signal du combat. Il se souvient : Musicam et circenses ! Les musiciens sont venus en tramway. Ils ont sur eux une éponge de vinaigre et, chaque fois qu'ils se croient à l'abri des regards, la pressent contre le front, qui sera humide et brûlant tout un soir. Jouer le soir au théâtre est pire. Vouloir venir à bout d'un instrument pendant des années, rendre un instrument docile et puis l'emmener dans une pièce creusée à une tombe au-dessous du plancher sur lequel, sous un prétexte quelconque, se produisent les chanteurs. Être de ceux que l'on croit morts. Ouvrir avec prudence le couvercle de la tombe pour ne pas effrayer trop tôt ceux qui se sont réunis. Ne pas sortir de soi tout de suite. Oser des préparatifs dans l'espoir de se faire entendre. Accorder les instruments. Vestiaire Au vestiaire le public arrange ses oreilles et dépose son ouïe. Auditeurs Des dames empaillées en taffetas et des dames empaillées en brocart. Des épaules nues, sensibles aux cascades musicales, que des admirateurs jaloux ont enchaînées à des colliers de perles, et des épaules qui se dérobent, voilées par des châles. Les messieurs aux visages rafraîchis sur des costumes cérémonieux. Des épaules noires ouatées qui savent amortir sereinement les coups les plus puissants de l'orchestre. 39 1. Publié pour la première fois sous le titre « Musique » dans : Jahresring 56/57. Ein Querschnitt durch die deutsche Literatur und Kunst der Gegenwart, Band 3, Stuttgart 1956, S. 217-227. Inédit en français. Traduction Karine Winkelvoss.
doi:10.3917/poesi.130.0039 fatcat:i5jpe37nqbbrfouryc5as7p5mu