L'érotisme au cinéma

Claude Tapia
2007 Connexions  
Distribution électronique Cairn.info pour ERES. © ERES. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable
more » ... uf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.222 -22/03/2019 15h31. © ERES Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.222 -22/03/2019 15h31. © ERES Claude Tapia L'érotisme au cinéma De tous les arts, le cinéma est sans doute celui qui s'offre le mieux aux analyses de sciences humaines et sociales. Plus que l'oeuvre littéraire, l'oeuvre cinématographique se présente à la fois comme une création procédant de la subjectivité individuelle et comme une production culturelle présentant une dimension collective parce que résonnant des problèmes, des sentiments, des représentations d'une époque (« C'est le mystère de l'oeuvre d'art..., ça vient de moi mais ce n'est pas moi », a pu dire le cinéaste Cronenberg interviewé sur l'un de ses films). Le fait que depuis plus d'un demi-siècle elle soit intégrée dans les grands circuits économiques en tant qu'objet de grande consommation -mis à part la fraction destinée à un public d'initiés, cinéphiles ou critiquesn'altère pas sensiblement son statut d'oeuvre artistique susceptible de rendre compte (à travers le filtre du réalisateur) de ce qui se passe de significatif sur la scène sociale ou dans l'imaginaire collectif. Il ne fait aucun doute que l'angoisse du printemps 1940 en France s'était reflètée de manière à peine anticipée dans le cinéma réaliste de 1937-1938. Un film comme Pépé le Moko de Duvivier (1937), montrant le suicide de Jean Gabin devant la grille le séparant du bateau emportant son grand amour, renvoie l'image d'une société déprimée, désenchantée, qui est selon Jeancolas (1983) l'envers ou le négatif de l'optimisme du printemps 1936 : « La France angoissée, écrit-il, se cogne à une réalité de plus en plus pressante, la guerre. Elle tente d'exorciser des menaces par un sacrifice, celui de Gabin. » D'autres films de l'époque (Quai des brumes, Hôtel du Nord, La bête humaine, Le jour se lève, etc.) sont de la même eau. De manière comparable, pendant les années noires de l'Occupation, le cinéma, quand il n'était pas l'émanation des services allemands, obéissait à une idéologie vichyssoise (par exemple, Premier de cordée, de Daquin, 1943) ou reflétait la résignation, ou encore le
doi:10.3917/cnx.087.0043 fatcat:hd2nviwyz5cspebos3us5wll3q