Productions hybrides / multimodales et apprentissage informel : analyse de quelques pratiques d'artistes et de jeunes

Moniques Richard, Nathalie Lacelle, Christine Faucher, Prune Lieutier
2015 Revue de recherches en littératie médiatique multimodale  
Tous droits réservés © Revue de recherches en littératie médiatique multimodale, 2015 Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter en ligne. https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/ Cet article est diffusé et préservé par Érudit. Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de lLa littératie illustrée,
more » ... eignement et apprentissage. Actes du 1e colloque international du LIMIER Volume 2, octobre 2015 URI : https://id.erudit.org/iderudit/1047317ar DOI : https://doi.org/10.7202/1047317ar Aller au sommaire du numéro Éditeur(s) Découvrir la revue Citer cet article Richard, M., Lacelle, N., Faucher, C. & Lieutier, P. (2015). PRODUCTIONS HYBRIDES / MULTIMODALES ET APPRENTISSAGE INFORMEL : ANALYSE DE QUELQUES PRATIQUES D'ARTISTES ET DE JEUNES. Revue de recherches en littératie médiatique multimodale, 2, https://doi.org/10.7202/1047317ar Productions hybrides / multimodales et apprentissage informel : analyse de quelques pratiques d'artistes et de jeunes Moniques Richard, Professeure, Université du Québec à Montréal, École des arts visuels et médiatiques Nathalie Lacelle, Professeure, Université du Québec à Montréal Christine Faucher, Professeure, Université du Québec à Montréal, École des arts visuels et médiatiques Prune Lieutier, Doctorante, Université du Québec à Montréal Résumé Alors que l'hybridation est privilégiée par nombre de créateurs qui détournent les fonctions des médias et créent de nouvelles formes d'expression, peu de recherches abordent les pratiques multimodales d'artistes ou les productions informelles de jeunes comme capital culturel pour l'école. Cette dernière met plutôt l'accent sur la communication de messages au détriment de la création de formes. En analysant ces pratiques, nous voulons mieux les comprendre pour en tenir compte dans l'enseignement des arts et du français, et favoriser des pratiques à la fois sensibles et porteuses de messages. Notre approche ethnographique sensorielle comprend des questionnaires et des entretiens sur les pratiques de création/réception de jeunes et d'artistes. Les analyses préliminaires démontrent le besoin de lier ces pratiques, de redéfinir la création et de développer de nouvelles stratégies pédagogiques pour favoriser la création hybride/multimodale en arts et en langues. Dans cet article, nous présentons la problématique, le cadre d'analyse et l'approche méthodologique; nous analysons trois cas et trois pratiques artistiques; nous concluons sur l'importance de développer une pédagogie arrimée aux apprentissages informels des jeunes. Abstract While hybridization is favored by many creators who divert the utilitarian media's functions to create new forms of expression, little research addresses artists' multimodal practice or young people's informal productions as cultural capital for school. The latter rather focuses on communicating messages at the expense of the creation of forms. By analyzing these practices, we want to better understand and integrate them in the teaching of arts and language, to foster practices that are both sensitive and carriers of significant messages. Our sensory ethnography approach includes questionnaires and interviews on the creative/receptive practices of young people and artists. Our preliminary analyses show the need to link these practices, redefine creation and develop new teaching strategies that encourage hybridity/multimodality in arts and language. In this article, we present our research problem, analytical framework and methodological approach; we analyse three cases and present three artistic practices; we conclude on the importance of developing a pedagogy informed by youth's informal learning.
doi:10.7202/1047317ar fatcat:2qf5ijfxmjepnkfvxqj7tivrx4