La classe politique prise de panique en mai 1968 : comment la guerre civile fut évitée ?

Mattei Dogan
2009 Sens public  
Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter en ligne. https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/ Cet article est diffusé et préservé par Érudit. Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de lMontréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. https://www.erudit.org/fr/ Document
more » ... t.org/fr/ Document généré le 2 juil. 2020 02:51 Sens public La classe politique prise de panique en mai 1968 : comment la guerre civile fut évitée ? Mattei Dogan La différence des sexes : enjeux et débats contemporains 2009 URI : https://id.erudit.org/iderudit/1064186ar La classe politique prise de panique en Mai 68 : comment la guerre civile fut évitée ? MATTEI DOGAN Résumé: En mai 1968 la France fut plongée dans une convulsion politico-culturelle qui est restée dans la mémoire collective. Sont traités successivement les points suivants : l'éclipse de la légitimité de Charles de Gaulle ; la détermination du Premier Ministre ; le comportement des leaders communistes et des chefs syndicalistes ; le rôle des leaders de la gauche démocratique ; l'action des protestataires ; la mission des chefs militaires ; le rôle de la police parisienne ; l'attitude passive de la majorité de la population. Le comportement hypothétique des diverses catégories sociales dans l'éventualité d'un soulèvement populaire ou d'une intervention militaire est analysé à partir des résultats d'une enquête effectuée immédiatement après les événements. La guerre civile fut évitée par l'appel de la majorité silencieuse aux urnes. Mots-clés: Mai 68 -Minorités agissantes -Majorité silencieuse -Soulèvement populaire -Guerre civile -Légitimité -De Gaulle -Classe politique -Révolte d'étudiant Abstract: In May 1968 France was plunged into a polito-cultural convulsion that has remained engraved in the country's collective memory. The author was an eye-witness of all the events that unfolded between May 26-30. In this paper, the following points are analyzed: crisis of legitimacy of Charles de Gaulle; the Prime Minister as a rock in the storm; behavior of communist leaders and union leaders; role of leaders of the democratic left; action of protestors; role of military leaders; role of the Parisian police; passive attitude of the majority of the population. The potential behavior of various social categories in the event of a popular uprising or military intervention is analysed using results of a survey carried out immediately after the crisis. Civil war was avoided by calling the silent majorities to express their voices in elections.
doi:10.7202/1064186ar fatcat:izjm57phwbfrdaezrb3wm5l4fi