Simon Vigor face aux catholiques zélés : le gallicanisme radical du début du xviie siècle

Sylvio Hermann De Franceschi
2009 Revue de l'histoire des religions  
Référence électronique Sylvio Hermann De Franceschi, « Simon Vigor face aux catholiques zélés : le gallicanisme radical du début du XVII e siècle », Revue de l'histoire des religions [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 03 octobre 2016. URL : http://rhr.revues.org/7279 ; DOI : 10.4000/rhr.7279 Ce document est un fac-similé de l'édition imprimée. Tous droits réservés SYLVIO HERMANN DE FRANCESCHI École pra tique des Hautes Études (Sciences his to riques et phi lolo
more » ... iques et phi lolo giques) Simon Vigor face aux catho liques zélés Le gal li ca nisme radi cal du début du XVII e siècle Le présent article ana lyse la posi tion du juriste et magis trat Simon Vigor ( 1556-1624) à l'égard de la doc trine romaine et théo cra tique, telle que le car di nal Bellarmin l'avait en son temps for mu lée dans ses Disputationes de controversiis christianae fi dei ( 1586-1593) et dans son De potestate Summi Pontifi cis in re bus temporalibus (1610). En sui vant les théo ries d'Edmond Richer, l'auteur fameux d'un De ecclesiastica et politica potestate liber unus (1611) qui avait pro vo qué un immense scandale lors de sa publi ca tion, Simon Vigor défend en défi ni tive un gal li canisme radi cal qui rap pelle le De Republica ecclesiastica de Marc'Antonio De Dominis, arche vêque apos tat réfu gié à la cour du roi Jacques I er d'Angleterre. Simon Vigor vs. the Catho liques zélés : Radi cal Gallicanism in the Early 17th C. This article analyzes the posi tion of the jurist and magistrate Simon Vigor ( 1556-1624) regarding Roman and theocratic doc trine as formulated by Car di nal Bellarmin in his Disputationes de controversiis christianae fi dei ( 1586-1593) and in his De potestate Summi Pontifi cis in re bus temporalibus (1610). Following the theories of Edmond Richer, the famous author of the De ecclesiastica et politica potestate liber unus (1611) that had provoked a tremendous scandal when it was published, Simon Vigor ultimately defends a radi cal Gallicanism reminiscent of the De Republica ecclesiastica of Marc'Antonio De Dominis, an apos tate archbishop who had fl ed to the court of James I of En gland. Revue de l'his toire des reli gions, 226 -3/2009, p. 467 à 483
doi:10.4000/rhr.7279 fatcat:mfgajp7xrrbdtnfarjrhozwk6e