Esthétique et performativité de la race dans « Créature ratée » de Casey

Emily Q. Shuman
2021 Itinéraires  
Le rap trouve sa puissance esthétique dans plusieurs dimensions : les paroles, l'oralité de l'interprétation, la composition instrumentale 1 et le visuel. Malgré cette richesse esthétique, le rap français voit son statut d'oeuvre d'art dénié dès son apparition, où l'imaginaire médiatique assimile le rappeur avec la figure racialisée du jeune de banlieue (Hammou 2012 : 85). Cet amalgame fait du rap français un produit culturel altérisé, dont la valeur réside dans sa prétendue différence sociale
more » ... t raciale par rapport à la position normative (Hammou 2016 : 70). La question de la valeur esthétique du rap s'imbrique donc à celle de sa réception racialisante. Au cours des années 2000 et au début des années 2010, plusieurs dépôts de plaintes, questions au gouvernement et propositions de loi visent des rappeurs en France et leur liberté d'expression. Marie Sonnette (2013 : 530) montre que ces dénonciations ne retiennent que le texte des raps visés au mépris de tout élément stylistique de l'écriture, de la composition musicale ou de la mise en scène visuelle d'un clip. 2 On retrouve cette attention particulière au mode écrit dans les travaux académiques sur le rap en France, au point que l'on peut parler de « textualisation » du rap pour décrire cette réduction de ses oeuvres et performances esthétiques à des paroles analysables sous leur forme écrite (Carinos et Hammou 2017 : 272). Prenant pour acquis qu'une performance rappée a un caractère politique, nombre de recherches reproduisent et naturalisent l'idée selon laquelle le rap, par le biais de ses textes, agirait d'une façon critique dans la société et aurait des effets subversifs. Les études de performance sont bien placées pour dénaturaliser ce rapport entre esthétique, textualisation et portée politique. Elles offrent notamment un regard critique sur le travail de repérage de signes qui donne des effets de réel aux phénomènes sociaux tels que le genre et la race. Judith Butler ([1990] 2006 : 33) conceptualise la notion de
doi:10.4000/itineraires.8805 fatcat:am254v44lbd37ngly2ayfxahle