Introduction générale

J.-B Coulon, P Lecomte, M Boval, J.-M Perez
2011 1 INRA Prod. Anim   unpublished
L'agriculture, et plus particulièrement les productions animales, sont depuis quelques années au coeur des préoc-cupations mondiales, si l'on en juge par les nombreux rapports que les institutions internationales, ainsi que l'INRA et le CIRAD, leur ont récemment consacré (Millenium Ecosystem Assessment 2005, IPCC 2006, Steinfeld et al 2006, World Bank 2008, FAO 2009, Steinfeld et al 2010, Dorin et al 2011). Deux points forts ressortent de ces exercices de prospective : 1/ Le poids économique et
more » ... poids économique et social de l'élevage dans l'agriculture mondiale est considérable :-La planète compte, toutes catégories confondues, 19 milliards d'animaux d'élevage dont 70% sont détenus par des éleveurs hors pays industrialisés ;-On comptait en 2000 : 1 porcin pour 7 habitants, 1 bovin pour 4 habitants, 1 petit ruminant pour 3 habitants, et plus de 2 volailles par habitant ;-Environ 250 millions d'animaux de trait apportent la force de travail pour près de la moitié des cultures vivrières dans les agricultures familiales des pays en développement ;-L'élevage mobilise environ 4 milliards d'ha de surfaces en herbe (soit près de 30% des terres émergées non gelées), fournit le tiers des protéines pour l'alimentation humaine et représente 40% de la valeur de la production agricole brute mondiale ;-On prévoit d'ici à 2050 le doublement des productions animales, essentiellement par une forte expansion des activités d'élevage dans les pays du Sud ;-Quant à l'approvisionnement futur en produits aquatiques, il repose sur l'essor de l'aquaculture (50% déjà du marché mondial), qui est le secteur de l'élevage lato sensu ayant la plus forte croissance surtout dans la zone Asie-Pacifique ;-L'élevage contribue aux moyens de vie d'un milliard de pauvres dans les pays du Sud et emploie au total 1,3 milliard de personnes dans le monde. 2/ Les productions animales doivent faire face, plus que les productions végétales, à de nombreuses interrogations et remises en cause qui interpellent la recherche et le développement. On peut les résumer de la façon suivante : comment répondre à l'augmentation considérable de la demande en produits animaux, notamment dans les pays du Sud, dans un contexte de compétition forte sur les ressources pour l'alimentation humaine et de la nécessite d'une prise en compte des impacts environnementaux de l'élevage, qu'ils soient positifs (services environnementaux rendus par les systèmes de productions animales) ou négatifs (contribution au changement climatique liées aux émissions de GES, dégradation de la biodiversité, consommation importante d'eau et d'énergie, détérioration de la qualité des eaux par les effluents d'élevage). Ces interrogations ne se déclinent pas de la même façon dans les pays du Nord et du Sud, parce que la place de l'élevage dans la société et les enjeux de son développement y sont différents. Les productions animales au Sud se trouvent ainsi dans une situation paradoxale : elles doivent faire face à une évolution importante de la demande à moyen terme, dans un contexte nouveau, marqué notamment par les tensions sur les disponibilités et les coûts des intrants et par la prise en compte impérative tant des contributions que des effets liés au changement climatique.
fatcat:a6oa2t52trd3bfq7z2lhaaifny