entretiens de recherche en psychopathologie : une approche par les mouvements de genres

Marie Carcassonne
2008 Langage et société  
Distribution électronique Cairn.info pour Éditions de la Maison des sciences de l'homme. © Éditions de la Maison des sciences de l'homme. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous
more » ... lque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © Éditions de la Maison des sciences de l'homme | Téléchargé le 24/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © Éditions de la Maison des sciences de l'homme | Téléchargé le 24/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © Langage et société n° 123 -mars 2008 entretiens de recherche en psychopathologie : une approche par les mouvements de genres Pour éclairer les processus de co-construction du sens dans des entretiens de recherche en psychopathologie, nous allons appréhender ces entretiens à partir de la question des mouvements de genre qui les traversent. Nous présenterons d'abord les différences entre les notions de « macro-genre » et « micro-genre ». Puis nous observerons dans la dynamique de l'interaction, à partir d'extraits, la façon dont les interviewers proposent certains micro-genres et comment ceux-ci sont repris ou au contraire modifiés par les interviewés. Les entretiens pris en compte ont été recueillis par des membres du Groupe de Recherche et d'Études sur les Conduites Ordaliques (GRECO), exerçant tous le métier de psychiatre ou de psychanalyste. Ces derniers avaient pour but d'explorer l'hypothèse psychopathologique de la « conduite ordalique », définie ainsi : « répétition d'une épreuve comportant un risque mortel, dans laquelle le sujet s'engage afin, par sa survie, de prouver sa valeur intrinsèque, ainsi reconnu par les puissances transcendantes du Destin » (Charles-Nicolas & Valleur 1982 : 90). Les interviewers avaient réfléchi à l'avance à leurs questions de recherche et mis au point une grille 1 simplifiée de thèmes à aborder en élaborant des « indices ordaliques » à rechercher au cours des entretiens : risque activement 1. Cette grille est consultable sur internet dans le rapport GRECO (Valleur 1994 : 75). Notons qu'elle ne tombe pas dans le travers dénoncé par Lahire (1998 : 27) d'un questionnement purement abstrait concernant les interprétations de ses propres conduites. © Éditions de la Maison des sciences de l'homme | Téléchargé le 24/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © Éditions de la Maison des sciences de l'homme | Téléchargé le 24/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) marie c arc aSSonne recherché et vécu positivement, prise de risque dans différents secteurs, autres « conduites associées » participant au versant ordalique (en particulier délinquance et prostitution, psychotraumatismes et ruptures précoces, vécu de ces événements). Les interviewés, tous volontaires, avaient été informés préalablement à l'entretien par oral et par écrit (lettre) du projet consistant à réfléchir sur leurs « récits de vie » recueillis à partir « d'interviews » enregistrées. Cinq des entretiens recueillis par le GRECO vont être 2 ici présentés : trois toxicomanes (M., G., C. interviewés respectivement par P. pour les deux premiers et Ch. pour le troisième), un délinquant prenant des risques au volant (R. interviewé par Z.) et une anorexique devenue boulimique (F., interviewée par Y.). 2. Choisis parmi une quinzaine d'entretiens longs (env. 1,5 h.) sans principe spécifique. 3. Il est maintenant établi que la plupart des idées contenues dans certains ouvrages publiés sous le nom de Bakhtine reviennent en fait à Voloshinov. Pour la commodité du renvoi à la bibliographie, nous citerons désormais uniquement Bakhtine. 4. Schütz (1987) décrit lui aussi les activités (pas seulement discursives) comme s'appuyant sur des « ressources typifiantes », et les considère sous deux traits fondamentaux : non seulement leur historicité, mais aussi leur caractère collectif et intersubjectif. © Éditions de la Maison des sciences de l'homme | Téléchargé le 24/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © Éditions de la Maison des sciences de l'homme | Téléchargé le 24/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) entretienS De recherche en pSychopatholoGie aspects stabilisés que par un style individuel de mise en oeuvre. Clot (1999) a souligné en développant la notion de « genre d'activité » que ce sont ces aspects stylistiques qui, lorsqu'ils sont repris par le plus grand nombre, font évoluer les macro-genres. Macro-genre et micro-genre Nous proposons d'appeler « macro-genre » la liaison entre discours et activité ou pratique sociale, en tant que norme abstraite attendue ou « représentation » : genre entretien, genre exposé, etc. ; « micro-genres » les types d'organisations discursives plus locales se repérant concrètement dans le déroulement d'un discours. Kerbrat-Orecchioni (2003) fait une distinction similaire et souligne qu'un macro-genre (qu'elle nomme G1) s'identifie par rapport à un externe au discours (la situation, l'activité) tandis que le micro-genre (qu'elle nomme G2) s'identifie par rapport à des critères internes au discours. Pour Adam (1992) comme pour Bronckart (1997), c'est aussi à ce niveau des micro-genres (qu'ils nomment différemment et en procédant différemment), et non des macro-genres, que peut s'établir une typologie des discours, à partir du repérage d'usages différenciés de certains modes énonciatifs. Soulignons toutefois que dans une interaction orale, les frontières entre micro-genres ne sont jamais nettes 5 : ils peuvent s'enchaîner dans le déroulement concret de l'interaction par alternance (par ex. une explication puis un récit), ou être mélangés (par ex. un récit explicatif). Ainsi nous avons analysé en comparant différents types d'entretiens de recherche la difficulté qu'il pouvait y avoir à établir des frontières entre les micro-genres récit, explication, justification, argumentation et interprétation (Carcassonne et alii 2001). L'apparition de tel ou tel microgenre dans tel macro-genre peut correspondre aux attendus normés liés à ce macro-genre ou au contraire les bousculer, et donner parfois lieu alors à une « négociation du genre » (Kerbrat-Orecchioni 2003 : 9). Quand un micro-genre apparaît de façon très locale et ne renverse pas les attentes liées au macro-genre, Vion (1995) propose de l'isoler comme un « module » à part : ainsi un « module conversationnel » peut-il surgir dans le déroulement du macro-genre entretien.
doi:10.3917/ls.123.0087 fatcat:6gdcfvfpwbcklh4tubmpveivdi