Républicanisme scolaire : émancipation et méritocratie

Philippe Foray
2013 Le Télémaque  
Distribution électronique Cairn.info pour Presses universitaires de Caen. © Presses universitaires de Caen. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque
more » ... re que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © Presses universitaires de Caen | Téléchargé le 16/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © Presses universitaires de Caen | Téléchargé le 16/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) Le télémaque, n o 43 -mai 2013 -p. 35-44 DOSSieR : ÉCOle publique et ÉmanCipatiOn Républicanisme scolaire : émancipation et méritocratie Résumé : L'auteur distingue les différentes traditions portées par l'idée de "républicanisme", la première (Aristote) considère la citoyenneté comme une participation à l'élaboration collective de la "vie bonne", la seconde (Machiavel) comme l'aptitude à la "vigilance" civique pour la préservation des libertés ; l'émancipation promise par l'école, quant à elle, consiste à former des citoyens politiques dans la perspective "libérale" : ce qui signifie qu'elle est centrée sur le principe méritocratique de l'égalité des chances et l'émancipation est comprise comme un processus principalement individuel. Dans le modèle classique, l'émancipation politique et la sélection des élites sont compatibles sinon acceptées ; l'égalité républicaine implique qu'il y ait une place pour chacun et le régime de l'inégalité sociale maintient chacun à sa place. Mais la généralisation institutionnelle (via l'école unique) de l'égalité des chances génère échecs et inégalités et entre en contradiction avec un objectif d'émancipation à la fois politique et social.
doi:10.3917/tele.043.0035 fatcat:kzipni2xwzbtngp6tc473puj6e