« Eih bennek, eih blavek » : l'inscription du bruxellois dans Le sceptre d'Ottokar

Rainier Grutman
2010 Études françaises  
doi:10.7202/044536ar fatcat:4lrkf3xo4ffhlns7l2kkyn2gqi