La place de Michel Rochefort dans la recherche urbaine française

Jacques Brun, Catherine Paix
2002 Strates  
Référence électronique Jacques Brun et Catherine Paix, « La place de Michel Rochefort dans la recherche urbaine française », Strates [En ligne], Hors-série | 2002, mis en ligne le 22 avril 2005, consulté le 08 mai 2019. URL : http:// journals.openedition.org/strates/505 Ce document a été généré automatiquement le 8 mai 2019. Tous droits réservés La place de Michel Rochefort dans la recherche urbaine française Jacques Brun et Catherine Paix 1 Le paradoxe de Michel Rochefort est d'être célèbre et
more » ... relativement méconnu à la fois. Célèbre par ses travaux sur les réseaux urbains et parce qu'il s'est imposé comme le leader d'une géographie « volontaire » soucieuse de donner une application pratique à la recherche. Relativement méconnu, parce qu'il fait partie de ces universitaires qui ont fait passer une grande partie de leur réflexion théorique dans leurs enseignements et leurs directions de recherche, que ses convictions profondes et ses orientations marxistes l'ont souvent mis en porte-à-faux par rapport à l'establishment, et que son oeuvre écrite, à la fois ramassée et synthétique, ne permet pas toujours aisément de discerner les principales avancées auxquelles il a personnellement contribué. Alors qu'il a ouvert la voie à des recherches parmi les plus marquantes des cinquante dernières années dans le domaine urbain, les fondements théoriques de sa démarche et la complexité de sa pensée ont été, de ce fait, en partie occultés. Et lui-même ne les a guère explicités, quand il n'a pas contribué, à travers ses propres remises en cause, à masquer la richesse de son travail. Il est ainsi remarquable de constater que son nom et ses travaux ne soient aujourd'hui que rarement mentionnés, y compris dans des ouvrages qui font retour sur l'évolution de la géographie et de la recherche urbaine 1 . Sans doute parce que son rayonnement et son influence dans la discipline ont été trop fortes. Mais aussi parce que Michel Rochefort est un homme de science, profondément animé par le doute, qui s'est toujours défié des images lisses du prêt-à-porter théorique, et qui a toujours préféré le questionnement aux résultats éphémères et aux effets de mode, la méthode et l'administration de la preuve aux généralisations hâtives et aux dogmes. 2 S'il retrace dans ce livre les grandes étapes de son parcours, et si l'on peut mieux percevoir dans ses derniers ouvrages les lignes majeures de sa réflexion, il importe donc de rappeler les points forts de sa démarche intellectuelle et de ses travaux en les resituant dans l'évolution de la géographie et de la recherche urbaine. On tentera ainsi de leur donner plus de visibilité, et d'en montrer les progressions et la portée, ce dont son témoignage, empreint de modestie et très lapidaire, ne rend qu'imparfaitement compte. La place de Michel Rochefort dans la recherche urbaine française Strates, Hors-série | 2002 La place de Michel Rochefort dans la recherche urbaine française Strates, Hors-série | 2002 9 Pour pouvoir concrètement se déclarer « géographe », occuper un poste d'assistant, déposer et soutenir une thèse de géographie, il fallait, en premier lieu, adopter un thème et une démarche justifiant la qualification de « géographiques ». Le souci de l'identité de la géographie, récurrent dans la discipline, restreignait la liberté des chercheurs, et cela d'autant plus peut-être que celle-ci était en réalité mal définie, et qu'en dépit des nombreux débats et textes visant à la cerner, elle ne faisait pas l'objet d'un véritable consensus. L'autonomie de la géographie par rapport à l'histoire était par ailleurs très récente et incomplète 7 , et le tiraillement entre la géographie physique, alors quasitotalement dominée par la géomorphologie structurale, et la géographie humaine, était le plus souvent résolu par des affirmations volontaristes sur l'unité de la discipline. Mais dans le sillage des historiens des Annales 8 , et de Lucien Febvre en particulier, les confrontations disciplinaires avaient parallèlement donné lieu, depuis l'avant-guerre, à La place de Michel Rochefort dans la recherche urbaine française Strates, Hors-série | 2002
doi:10.4000/strates.505 fatcat:h4qphpgkrjb27kakwi6m2g37ay