Scale-dependent trade-offs in foraging by European roe deer (Capreolus capreolus) during winter

Atle Mysterud, Lise-Berith Lian, Dag Øystein Hjermann
1999 Canadian Journal of Zoology  
We studied food preferences of and patch and habitat selection by European roe deer (Capreolus capreolus) by snow-tracking radio-tagged individuals. To account for the possible biases caused by patch/habitat selection on measures of food preference, we adopted a new method in which diet choice is compared with availability within each forage patch successively rather than to some home-range or study-area average. There was no difference in food preference between males and females or between
more » ... males or between day and night. When compared with that in random sites 50 m from feeding sites (patch scale), selection was random with regard to cover; however, the food availability index was higher for feeding sites than for random sites. Roe deer selected feeding sites with more cover during cold weather, whereas the food availability index had no effect at this scale (habitat scale). Roe deer selected more open habitat and feeding sites closer to human settlement at night and as snow depth increased. Females tended to select foraging sites that were more hidden than those of males. There was direct evidence of a trade-off between selection of food availability and both canopy cover and distance to human settlement but not between food availability and concealment cover. Résumé : Nous avons étudié les préférences alimentaires, de même que la sélection des zones alimentaires et des habitats chez le Chevreuil (Capreolus capreolus) par repérage d'individus porteurs d'émetteurs dans la neige. Pour contourner les effets que peuvent avoir la sélection de l'habitat et de la zone alimentaire sur les préférences alimentaires, nous avons adopté une nouvelle méthode qui compare le choix alimentaire et la disponibilité des aliments successivement dans chaque zone d'alimentation, plutôt que de le considérer par rapport à une moyenne reliée au domaine vital ou à la zone d'étude. Nous n'avons pas trouvé de différences de préférences alimentaires chez les mâles et les femelles, la nuit ou le jour. Comparativement à des sites aléatoires à 50 m des zones d'alimentation (à l'échelle de la zone d'alimentation) la sélection est aléatoire par rapport à la couverture végétale, mais les zones d'alimentation ont un coefficient de disponibilité de nourriture plus élevé que les sites aléatoires. Les chevreuils choisissent des sites d'alimentation à couverture plus abondante durant la saison froide, alors que le coefficient de disponibilité de nourriture n'a pas d'effet à cette échelle (échelle de l'habitat). Les chevreuils préfèrent les habitats plus ouverts et plus près des agglomérations humaines la nuit et lorsque la couche de neige est épaisse. Les femelles ont tendance à choisir des zones d'alimentation plus protégées que les mâles. Les chevreuils font donc un compromis entre la disponibilité de la nourriture et la couverture végétale/distance de la plus proche agglomération humaine, mais pas entre la disponibilité de la nourriture et la couverture protectrice. [Traduit par la Rédaction] Mysterud et al. 1493
doi:10.1139/z99-118 fatcat:w6kfcour7baube5vcc2jtsyuea