MÉMOlRES 9 Classification et énumération des Orchidées africaines de la tribu des Sarcanthées, d'après les collections du Muséum de Paris

M. E.-A. Finet
1907 Bulletin de la Société Botanique de France  
Les 8ar·canlhôes fonnent., tians la farrr ille des 1 )rchidôus, une tribu IJicn dl'dinin par· leur 111U1le de dt'~veloppernurtL. Stmles (le genre Vanilfa excepté) elles sont mouopodialus, ,:·,~st-à-dil'e que leur cl'Oissance esl. indôfinie : elles s 'alloug-Ptll pal' une , une décharge publique, où l'un rejetait tout ce uont o11 ne savait que faire. Pour tàchcr de mettre un peu d'ordre tians ce fouillis, j'ai dû m'atlt·esser· iL tlcs caractl~res, ddicals il est nai, Mmvent difficiles à vériticr
more » ... ù eau::;e tle la petitesse des Heurs ou de la fmgilité ùes organes, mais qui présentent l'énorme a,·antugc d'èlre absolument fixes dans la même espèce. C'est en m'appuyant pt'CSl}UC uniquement sur ce:; earaclèr·es, •1uc j'ai étalJli l'essai tic classification que je donne aujourd'hui. Ces caraetùrcs su nt tous tirés, saur pour les trois premiers genres (Honniem, Aeranthus et .A cwnpe) de la l'or Ille de la colonne ct de colle tln pollinaire. La forme du I'OStPllum permet déjà Je faire ueux grandes coupes dans la tribu, coupes purfaileme11L nettes cl que l'on peut v{n·ifier dans tous les cas sans exception, mèrne sm le périanthe marceseont tl'un fruit presque mûr : le rostcllum est tantôt eoncave et Laulùt. convexe. Rustellurn col!cave. -Sont rangl~S llans oetlc section tous les g-enres uont le rostellurn, après enlèvement du pollinaire, porte nue échanemro ttui sc prolonge eu deçà de la face antérieure du cliuandre. Cette émargination est due ù. l'enlèvemcul, total daus su11 éJ1aisscu1·, partiel dans sa surface, du fonù tlu cliuandre. Ou pourrait ùit·e •1ue, Jans cette section, le roslellum est à peu près nul ou plulcit qu'il est constitué par la partie rétinaculaire du polliuaire et l{u'il s'enlève avec elle. C'est le cas tles genres A ll!JTWcum, Jll onixus, ~Iac?·oplectrum. Les genres Ob'onia et Cryptopus pourraient, à la rigueur, rentrer dans cette section; Downloaded by [79.172.193.32] at 15:34 31 May 2016 E.-A. FINET. -OIICIIlllÉES (sARCANTHI~IOE) Al'IIIGAINES. 3 4 mt~IOIKE !1. Dans tous les cas, la glande existe toujours; die sc presente sous la forme d'une lame membmncuse, de forwe variahlc suivant les espèces ct les genres, qui se détache de la colonne, quel que soit son point tl'attachc, par gélilîcation d'une ou plusieurs assises de cellules. Tantôt cette séparation sc pl'Od nit perpendieulaircment et dans toute l't~paisseut· du tissu (c'est le cas de la première scdion à roslcllum concave ct aussi des genres OE'onia ct Mou'Îxus), taBtût dans l'épaisseur du tissu et parallèlement à la surface; c'est alors unt~ sorte de dédoublement, et c'est cc qui se produit tians la sceonde scctioll, moim; les deux genres cités plus haut. Comme Lli!l'ércnciation gènérique, la glande ne donne d'indications ulilisahles que lorsque la bandelette uc sc développe pas : elle est alors sim pic ou double, entii~re ou '2-lohéc. -La baiHlclctlc l'ail souvent entièrement défaut tians un certain nornLre d'espôccs 1le la JWcmière section. Dans loules celles de la deuxième, elle esl plus ou moins développée, mais on la rencontre toujours. Dans la fleur arrivée à l"état adulte, la hantlelette est toujours lilwe; elle est couchée à la surface du rustellurn et du diwwdre, en épouse toutes les courbures, mais, dans aucun cas, elle ne fait corps avec eux : elle n'a avec la surface sous-jaeente qu'un seul point de contact intime, la glande. La bamlelctte est constitul~e par une lame membraneuse, de forme variahle, le plus souvent loriforme ou eunéifonne, uuiquc ou douhle, entièr·e, hilohée ou hifide. Quand elle est double, ses 1lcux parlics sc fixeut soit à une glande unique, soit à deux glandes distinctes; dans ce derniel' cas, le pollinaire complet se compose de deux organes symétriques par rapport au plan passant par le rostellum et le filet de l'anthère, et ausolument distincts et indépendants l'un de l'autre. Cependant rahscnee ou la présence de la bandelette n'est pas toujours un fait aussi net qu'on pourrait le supposer. Dans les plantes de la première section, il arrive souvent que le rétinaclc ne montre pas de bandelette libre ct distincte de la glande; mais ou peut wn.staler, <iprL·s .son cnlôvement, que le milieu de celleci est beaueoup plus épais suivant ur1 pmlil réguliel'. Au dehors de eetle portion nwy~nnc, sur laquelle sont Hxécs les pollinies, les bords sont inéguliers, transparents, hyalins, excessiYemcnt
doi:10.1080/00378941.1907.10835937 fatcat:zxu7lifldzh2lmlafod5nsvwra