Comptes rendus

2010 L Homme et la société  
Distribution électronique Cairn.info pour L'Harmattan. © L'Harmattan. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... t interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © L'Harmattan | Téléchargé le 19/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © L'Harmattan | Téléchargé le 19/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) L'homme et la société, n o 176-177, avril-septembre 2010 Comptes rendus Christine DELPHY, Un universalisme si particulier. Féminisme et exception française , Paris, Syllepse, coll. « Nouvelles questions féministes », 2010, 348 p. C'est tout son itinéraire de chercheuse-militante, de militante et de chercheuse que retrace Christine Delphy dans cet ouvrage qui réunit un grand nombre de ses interventions au fil des ans : articles, éditos, interviews, etc. Après avoir élucidé sa socialisation politique qui s'est opérée à partir de son expérience des États-Unis, contrairement à nombre de femmes de sa génération, d'abord « conscientisées » dans la lutte dite antifasciste -contre la guerre d'Algérie -elle fait état des difficultés qu'elle a rencontrées dans le milieu universitaire pour faire admettre la « scientificité » des études féministes. Elle s'est heurtée au mandarinat établi, prétendument soucieux d'objectivité, qui récusait la synthèse entre science et engagement comme si, dès lors qu'on entrait dans le temple de la recherche, il fallait laisser sa personne et sa personnalité au vestiaire et souscrire à un universalisme hémiplégique. Elle cite Pierre Bourdieu dans ce contexte, une citation tout à fait éloquente qui traduit un refus d'entendre les féministes, comme le confirme le rapport de la délégation française à la conférence de l'ONU sur les femmes de Pékin en 1995, confié à des hommes spécialistes de la famille ! Cependant, les études féministes ne font pas exception dans la liste des recherches sur les dominés : ainsi, l'histoire du mouvement ouvrier a dû batailler ferme pour cesser d'être simplement une discipline de légitimation des partis qui entendaient le représenter, pour accéder à un statut universitaire. La démarche de Christine Delphy s'inscrit résolument dans la perspective antinaturaliste qui est aussi celle de L'homme et la société en ce qu'elle revendique la notion de « genre » en tant que sexe social qu'elle distingue de ce qu'elle appelle le sexe biologique ou anatomique qui n'a pas de pertinence dans les rapports sociaux. De même, lorsqu'elle s'interroge sur la parité, elle s'oppose à celles des féministes dont la démarche, si l'on schématise, consiste à vouloir confier aux femmes les intérêts politiques des femmes et qui relève de l'essentialisme. À cette parité restreinte à la sphère politique, elle oppose l'action positive ou affirmative à l'américaine dont les effets pervers lui semblent négligeables. Si elle se prononce fermement en faveur de ce qui constitue le second pilier des principes de L'homme et la société, à savoir l'auto-émancipation, elle contextualise les acquis qu'il s'agit de défendre et les avancées à conquérir par une lutte incessante. À cet égard, certaines provocations régressives lui apparaissent comme autant de signes d'une révolte contre l'anti-islamisme de la société française, principalement de sa composante dominante, mâle et blanche, la seule qui s'estime habilitée à se faire entendre.
doi:10.3917/lhs.176.0267 fatcat:6pquuuhs6ba4belgin4jeeczke