Goût et dégoût de l'école

Clémentine Rappaport
2010 La lettre de l enfance et de l adolescence  
Distribution électronique Cairn.info pour ERES. © ERES. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable
more » ... uf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © ERES | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © ERES | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) Problématiques Goût et dégoût de l'école Clémentine Rappaport 8 L'angle de l'expérience clinique ouvre un regard sur l'intimité de la relation que les adolescents entretiennent avec leur école. Pédopsychiatre à l'hôpital général Robert-Ballanger d'Aulnay-sous-Bois, je suis confrontée avec les adolescents de Seine-Saint-Denis, à « leur goût ou dégoût de l'école », lequel permet d'éclairer leurs difficultés particulières mais aussi celles de l'ensemble des adolescents. De nombreux adolescents sont hospitalisés en pédiatrie en raison de tentatives de suicide. Si les relations conflictuelles avec les parents sont souvent au premier plan, les gestes suicidaires sont particulièrement nombreux en mai et juin, mois des orientations scolaires. Les tentatives de suicide à cette période de l'année posent donc des questions sur la « chose » scolaire. Pour les 14-15 ans, c'est la fin de la troisième, et ils parlent souvent des déceptions quant aux orientations en lycées professionnels, et ce surtout lorsque les places manquent dans les spécialités choisies. Dans d'autres tranches d'âge, les décisions de redoublement s'accompagnent parfois d'un sentiment d'échec insupportable. Beaucoup de filles font état de leurs difficultés relationnelles avec leurs pairs. Elles parlent de la douleur qu'elles éprouvent à trouver leur place dans le groupe, surtout durant les années collège qui sont particulièrement cruelles pour le narcissisme des jeunes filles. C'est aussi parfois le cas des jeunes garçons. Lorsque nous rencontrons les adolescents suicidants nous essayons d'être vigilants à la relation qu'ils entretiennent avec leur école, et aussi avec le groupe. Leurs relations à l'école sont complexes. Si réussite n'est pas synonyme de goût, ni échec synonyme de dégoût, ces positions ne sont néanmoins pas sans liens. Outre le lieu des apprentissages, l'école est un lieu de rencontre et de confrontations, d'échanges ou de soumission, d'ouverture ou de blessures. Les relations à l'école comme au groupe de pairs ont des spécificités et des difficultés particulières en Seine-Saint-Denis. Cependant, tous les jeunes sont Clémentine Rappaport, pédopsychiatre, service adolescents, hôpital général Robert-Ballanger, 93600 Aulnaysous-Bois.
doi:10.3917/lett.080.0031 fatcat:yo7rknyxcfa7zfq5rinlg66vxq