L'exil avant l'exil. Michæl et Alice Balint

Judith Dupont
2002 Topique  
Distribution électronique Cairn.info pour L'Esprit du temps. © L'Esprit du temps. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est
more » ... ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. La situation politique en Hongrie, après l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne, a poussé la famille Balint, Michael, Alice et leur fils John, à quitter le pays, comme d'ailleurs bon nombre de psychanalystes hongrois à cette époque. Les Balint sont partis en Angleterre, à Manchester. Michelle Moreau-Ricaud nous présente tous les détails de cette histoire à ce congrès, ainsi que dans son ouvrage sur Michael Balint. Mais tant pour Michael que pour Alice Balint, cet exil venait en redoubler un autre, très précoce pour Alice, un peu plus tardif pour Michael. Alice était la fille aînée de Vilma Kovacs. Vilma Kovacs sera connue par la suite comme analyste, patiente puis élève et collaboratrice de Ferenczi, avec lequel elle a notamment élaboré le type de formation spécifique qui est toujours en vigueur en Hongrie. Née en 1899, Alice était l'aînée d'une fratrie de trois. Sa mère, née Prosnitz, s'appelait à l'époque Vilma Székely, du nom de son premier mari. À la naissance d'Alice elle avait 16 ans. La mère de Vilma était restée veuve très jeune, avec trois filles à élever. Sans argent et, -comme toute bonne bourgeoise de son époque -sans métier, Mme Prosnitz et ses filles étaient dans la misère. L'aînée, Irène, avait épousé l'homme de son choix, Vilmos Székely. La seconde, Margit, était morte de tuberculose. Et Vilma, la cadette, fut mariée à 15 ans, contre son gré, pour des raisons économiques, au cousin de Vilmos Székely, un homme de 37 ans. Vilma avait du caractère. Elle fit clairement savoir à son futur mari qu'elle ne l'aimait pas et ne souhaitait pas l'épouser. Mais lui, malgré tout, tenait à ce mariage. Il lui promit de lui accorder le divorce si elle rencontrait un jour l'homme de sa vie. En trois ans, Vilma mit au monde trois enfants. À 18 ans, Vilma était donc mère de deux filles, Alice et Olga, et d'un garçon, Ferencz (François).
doi:10.3917/top.080.0095 fatcat:aeksdc6ckjgxzibeigrtx62vba