Héritabilité et génétique

Louis Ollivier
2012 M S.Médecine Sciences  
> Répartie à l'article de François Gonon et David Cohen : « Le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH). La génétique est-elle impliquée ? » paru dans médecine/sciences -Forum/Débat -n° 3, vol. 27, mars 2011, pages 315 à 317. La « répartie » que nous publions ci-dessous fait référence à un article paru dans médecine/sciences en mars 2011 [1], et ce retard, il faut le dire et nous en excuser, est imputable à la rédaction. Son auteur, Louis Ollivier, soulève un point important
more » ... : la relation entre héritabilité et facteurs génétiques. On pense parfois que « héritable » signifie « génétique » : un contre-exemple simple, le fait que les fils de polytechniciens ont au moins cent fois plus de chances d'être eux-mêmes polytechniciens que les membres de la population générale, montre que la réalité est plus complexe. Il n'en reste pas moins qu'une héritabilité élevée est en général l'indice d'une influence génétique forte. La répartie de Louis Ollivier réagit à un article qui, à propos des facteurs génétiques des troubles de l'attention, mettait en doute cette relation [1]. Elle pourrait ouvrir un débat utile sur cette notion souvent mal comprise et, pourquoi pas, stimuler la rédaction d'un article tirant au clair le concept d'héritabilité, sa mesure, ses implications et ses limites. <
doi:10.1051/medsci/20122810021 pmid:23067424 fatcat:geqtxe4gqzg55ju57e5j5jdkgi