La motivation dans tous ses K

Raphaël Le Bouc, Mathias Pessiglione
2018 M S.Médecine Sciences  
> La motivation peut être définie comme la fonction qui oriente et active le comportement. Nous résumons dans cette revue les acquis récents des neurosciences concernant les bases cérébrales des fonctions motivationnelles. En clinique neuropsychiatrique, les troubles de la motivation sont fréquents et actuellement évalués par des échelles qui ne renseignent pas sur les mécanismes sous-jacents. Nous présentons ici une nouvelle approche, dite computationnelle. Elle consiste à phénotyper le
more » ... hénotyper le comportement des patients dans des tests de motivation, au moyen de modèles computationnels. Ces phénotypes computationnels caractérisent l'état du patient et pourraient aider au suivi et à la personnalisation du traitement. < quantité. La motivation détermine donc deux aspects du comportement, sa direction, en fonction du contenu (c'est-à-dire le but, ou la récompense), et son intensité, en fonction de la quantité (c'est-à-dire la valeur du but). Ainsi, l'apathie peut être définie comme un déficit de motivation, conduisant à une réduction des comportements dirigés vers un but. Les limites des échelles psychométriques L'évaluation clinique des troubles de la motivation s'intéresse principalement à son intensité. Les échelles cliniques [1] consistent en des questionnaires qui fournissent un score d'apathie. Elles sont utiles pour donner une estimation clinique globale, mais souffrent de limitations intrinsèques. D'une part, elles dépendent des capacités d'introspection des patients, qui peuvent être altérées dans des pathologies cognitives, ou de l'évaluation subjective des familles. D'autre part, elles ne renseignent pas sur les mécanismes à l'origine des troubles de la motivation. Pour dépasser ces limitations, nous proposons une stratégie alternative : (1) compléter ces évaluations par des tests comportementaux objectifs et (2) caractériser les performances comportementales en s'appuyant sur la théorie de la décision (Figure 1 ). Les promesses de la théorie de la décision La théorie de la décision s'intéresse aux mécanismes qui déterminent les choix d'un individu et en propose un formalisme mathématique. Elle repose sur l'hypothèse que les individus attribuent une valeur aux différentes options d'un choix et qu'ils choisissent préférentiellement l'option qui a la plus grande valeur. On parle de valeur nette lorsque 1 Motivation, Brain and Behavior (MBB) lab, institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM), hôpital de la Pitié-Salpêtrière, 47, boulevard de l'hôpital, 75013 Paris, France.
doi:10.1051/medsci/20183403012 pmid:29547110 fatcat:elusnzyizvdglpiarndj7x73pi