Identité et cosmopolitique en Afrique subsaharienne

Jean Peut-être Mpélé
2006 Raisons Politiques  
Distribution électronique Cairn.info pour Presses de Sciences Po. © Presses de Sciences Po. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit,
more » ... anière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © Presses de Sciences Po | Téléchargé le 22/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © Presses de Sciences Po | Téléchargé le 22/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) Raisons politiques , n° 21, février 2006, p. 61-75. © 2006 Presses de la Fondation nationale des sciences politiques. dossier J EAN P EUT -ÊTRE M PÉLÉ Identité et cosmopolitique en Afrique subsaharienne ' ÉCHEC DE LA MODERNITÉ ne devrait plus, à en croire certains post-modernistes, être mis en doute. Les principes, les idéaux des Lumières ou de la modernité sont censés avoir cédé ou doivent céder la place à la post-modernité, dont l'une des caractéristiques serait le retour de la pluralité, des identités longtemps écrasées par l'universalisme des Lumières. C'est ce que semble illustrer l'Afrique subsaharienne, un théâtre particulier, mais non exclusif, de manifestation des particularismes, des identités. Tout se passe comme si, après les mirages du développement, nous assistions à un violent retour empirique du refoulé. Une aubaine pour une certaine anthropologie qui demeure relativement marquée par l'ethnologie coloniale et qui n'a pas manqué de trouver un nouveau souffle. Dans l'intelligentsia africaine ainsi que dans la diaspora noire, le paradigme de la « négritude » (d'Edward Blyden 1 à Léopold Sédar Senghor) marque encore la lecture de la dynamique historique de la partie subsaharienne du continent, voire des crises qui secouent certains pays. Dans la diaspora afro-américaine -dont certains intellectuels ont contribué au développement de ce paradigme, depuis la fin 1. Bien qu'ayant vécu avant la naissance de la « négritude », nous classons Edward Blyden, auteur de Christianity, Islam and the Negro Race , Edimbourg, Edinburgh University, 1967 [1 e éd. 1887], dans ce courant. Pour les francophones, des extraits de cet ouvrage ont été publiés par Soter Azombo-Menda et Martin Enobo Kosso, Les philosophes africains par les textes , Paris, Nathan, 1978.
doi:10.3917/rai.021.0061 fatcat:xe4mw5aihveu5hch6wlky2sphu