Variations sur des moments de danse

Geisha Fontaine
unpublished
Un soir de juin 2016, à la Maison du Japon, à Paris, Min Tanaka danse¹. Au début de la performance, il est dissimulé par ses vêtements et un caleçon masquant sa tête, mais le spectateur perçoit que ce corps de danseur est vibrant d'expériences. Le Japonais a 71 ans. Son âge se voit, puis s'oublie. Cela se passe fréquemment ainsi en Orient, dans le spectacle vivant. Le rôle de l'artiste est en corrélation avec son âge, comme Zeami le montre si bien dans ses écrits sur le Nô. Dans sa performance
more » ... ans sa performance Locus Solus, Min Tanaka intensifie trois données fondamen-tales de la création en danse: le corps, le temps et l'espace. Cet artiste pense que la danse «est toujours née de la société de son temps», et il est vrai qu'elle est dé-terminée spatialement et temporellement. L'enjeu de cet artiste est cependant de rechercher «une danse sans précédent, sans nom, encore jamais vue».² Chaque occurrence de Locus Solus est unique en fonction du lieu et du moment où elle se déroule tout en étant porteuse d'un ensemble de lieux et moments antérieurs. La danse crée un présent irrigué d'une mémoire du corps et ouvert à la singularité de ¹Cette performance a eu lieu dans le cadre de « Camping », une manifestation proposée par le Centre national de la Danse, à Pantin, direction : Mathilde Monnier. ²Présentation de Locus Focus par Min Tanaka: http://www.mcjp.fr/fr/la-mcjp/actualites/locus-focus-min-tanaka
fatcat:tojzwthrknh2ldcf3subra32jm