Risque viral et eau d'alimentation

J.M. Foliguet
1978 Journal français d'hydrologie  
Risque viral et eau d'alimentation V / L'EAU de boisson a de tous temps été à l'origine de manifestations épidémiques infectieuses relevant ^ d'une étiologie fécale, il faut bien reconnaître que ce rôle propagateur d'importance maximale aux siècles derniers, se trouve réduit aujourd'hui à une valeur négligeable. En effet, l'étude des données épidémiologiques les plus récentes sur les épidémies de maladies virales à transmission hydrique fait apparaître que seule l'hépatite à virus A reste la
more » ... óse oü la contamination puisse sans contexte se faire par Veau. Certes, les gastro-entérites-infectieuses (G.E.I.) d'origine hydrique sont les plus fréquentes, du moins aux U.S.A" mais leur étiologie virale n'est pas encore formellement démontrée. Enfin les adenovirus continuent à être responsables d'un bon nombre de conjonctivites des piscines. La plupart des poussées épidémiques rapportées [hépatite A et G.E.I.) ont été associées à des systèmes d'eaux d'alimentation plus ou moins contaminés par des eaux fécalisées, ou mal contrôlés ou dont les procédés de désinfection étaient soit insuffisants, soit interrompus. On n'a jamais rapporté de manifestations épidémiques incriminant les enterovirus et ayant pour origine de l'eau de distribution publique considérée comme «potable ». Devant ce hiatus épidémiologique, trois hypothèses plausibles se présentent à l'esprit: ou bien la transmission par l'eau de ce groupe n'existe pas ; ou bien, si elle existe, son impact en santé publique est négligeable ; ou bien, tout tient dans l'insuffisance actuelle de nos moyens épidémiologiquespermettant d'apporter une démonstration évidente de cette transmission.
doi:10.1051/water/19780902061 fatcat:73f6exzrx5fq3jdtl3s2l3wcyq