Politiques monétaires : la marche à suivre

2004 Revue de l'OFCE (En ligne)  
Le principal changement dans la politique monétaire au cours des six derniers mois est le resserrement des taux directeurs américains, marquant la fin d'une longue période d'attentisme. Préparés à l'avance, les marchés obligataires ont bien réagi à ce changement. Cependant, la politique monétaire est à présent rendue délicate par la flambée des prix du pétrole. Celle-ci appellerait plutôt à une hausse des taux, peu souhaitable quand les ménages sont fortement endettés et le boom immobilier
more » ... oom immobilier susceptible de se retourner violemment. La Réserve fédérale et la Banque centrale européenne (BCE) semblent avoir décidé de privilégier la voie de la croissance, tout en restant vigilantes à toute information venant remettre en cause leur diagnostic d'une accélération temporaire de l'inflation. La Banque d'Angleterre a moins de souci à se faire quant au risque inflationniste et reste focalisée sur le dégonflement de la bulle immobilière. Pour la Banque du Japon, toute source d'inflation est la bienvenue. Le scénario central retenu est celui d'une hausse du taux directeur de la Réserve fédérale d'au minimum 125 points de base, étalée sur toute la période de prévision ; d'une hausse du taux directeur de la Banque d'Angleterre d'au maximum 50 points de base d'ici le premier trimestre 2005, puis d'une stabilisation ; d'une hausse du taux directeur de la BCE de 25 points de base en début d'année prochaine ; et d'une absence de changement de la politique monétaire japonaise.
doi:10.3917/reof.091.0163 fatcat:m3mwuwnwpvhebh4xphgqanuxla