Le jeu de la « balle assise » : un substitut au questionnaire sociométrique ?

Alexandre Obœuf, Luc Collard, Benoît Gérard
2008 Les cahiers internationaux de psychologie sociale  
Distribution électronique Cairn.info pour Presses universitaires de Liège. © Presses universitaires de Liège. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque
more » ... me et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 2008, N°77, pp. 87-100 Résumé : Nous cherchons à savoir si le jeu de la « balle assise », en raison de sa structure d'ambivalence et d'instabilité, permet l'actualisation des relations socio-affectives des protagonistes. Deux groupes de 23 et 26 étudiants sont sollicités et nous comparons les résultats de questionnaires sociométriques avec les communications motrices observées au cours du jeu. Notre étude révèle une corrélation prononcée entre les relations socio-affectives et les relations fonctionnelles (p<.01). Les relations socio-affectives semblent être omniprésentes dans tous les choix décisionnels des protagonistes. Dans la mesure où nos résultats seraient généralisables, le jeu traditionnel de la « balle assise », pourtant souvent jugé désuet, offrirait des ressources insoupçonnées. Sur le vif, il permettrait au pédagogue de saisir la personnalité des acteurs et les relations socio-affectives du groupe. Il pourrait ainsi se « substituer » -dans une certaine mesure-au questionnaire sociométrique et deviendrait un outil d'intervention psycho-sociologique. Pour toute correspondance relative à cet article, s'adresser à Alexandre Oboeuf, 52 rue de l'Abbaye, 80000 Amiens, France ou par courriel à . Nous remercions vivement Marie Hagnéré, Pierre Oboeuf, Antoine Hagnéré et Mathieu Oboeuf pour leur éclairant recul et leurs précieux conseils tout au long de notre démarche.
doi:10.3917/cips.077.0087 fatcat:h5jhull4ljgbllucvd6x6uynrm