Retour sur le conflit syrien : les erreurs de l'opposition, les manquements de la communauté internationale

Bassma Kodmani
2014 Confluences Méditerranée  
Distribution électronique Cairn.info pour L'Harmattan. © L'Harmattan. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... t interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © L'Harmattan | Téléchargé le 20/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © L'Harmattan | Téléchargé le 20/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) 53 Numéro 89 l Printemps 2014 Dossier Variations Jean-Paul Chagnollaud. Quel regard portez-vous sur les trois années de révoltes en Syrie ? Bassma Kodmani. Toutes les propagandes n'ont pas réussi à déformer le récit qui reflète la réalité de la situation : une révolte spontanée d'une population civile non organisée politiquement, sans couleur idéologique sinon une imprégnation des manifestants du discours des droits de l'homme, de la démocratie et de la bonne gouvernance qui, pour eux, veut avant tout dire la fin de la corruption et l'injustice qui naît de celle-ci et des exactions d'un appareil sécuritaire impitoyable. La révolte se voulait absolument pacifique et unitaire pour les Syriens. Les premiers slogans reflètent une forte conscience des dangers : connaissant le régime, anticipant ses manipulations, les slogans dominants des débuts étaient « un seul peuple », « les Syriens sont tous un ». Ils étaient un rempart contre les tentatives de division dont le régime a fait en effet le coeur de sa stratégie. Il faut rappeler que le régime a eu recours à une stratégie en trois volets : le premier est l'oppression immédiate, aveugle et sans discrimination visant à pousser les manifestants pacifiques à prendre les armes, donc à militariser le mouvement de manière à entraîner le mouvement sur un terrain où le régime peut légitimer l'usage de la violence et où il a la supériorité ; deuxième volet, la manipulation confessionnelle, dans une stratégie de division active de la
doi:10.3917/come.089.0053 fatcat:kufprp4wsjecvaooh54mm33oci