De Lionel Jospin à Ségolène Royal : l'introuvable troisième voie du socialisme français

Philippe Marlière
2007 Mouvements  
Distribution électronique Cairn.info pour La Découverte. © La Découverte. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite
more » ... , est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © La Découverte | Téléchargé le 23/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © La Découverte | Téléchargé le 23/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) 14 G MOUVEMENTS N°50 juin-août 2007 MOUVEMENTS N°50 juin-août 2007 G 15 de politiques néolibérales assorties de mesures de redistribution. L'objectif était de poursuivre la « modernisation » de l'économie britannique, pour l'adapter au cours néolibéral de la mondialisation. Libérale et post-thatchérienne, cette troisième voie britannique déroutait les socialistes français, car elle continuait de se réclamer du « camp du progrès » (le « centre-gauche », une « social-démocratie rénovée »). Dans son discours de Malmö, Blair résuma la démarche néo-travailliste en ces termes : « Notre tâche aujourd'hui n'est pas de mener les vieilles batailles, mais de montrer qu'il existe une troisième voie, une manière de marier une économie ouverte, compétitive et qui connaît le succès, avec une société juste, décente et humaine ». Le défi de la troisième voie était là: elle ne se voulait pas tant le point médian entre socialisme et néolibéralisme, que la captation de deux courants de gauche étrangers au socialisme français: le libéralisme et la social-démocratie. Fort habilement, le New Labour se démarqua du communautarisme étriqué des conservateurs (les « valeurs morales victoriennes ») et prêta une oreille attentive -à tout le moins symboliquement -aux revendications identitaires et post-matérialistes du jour (ce qu'Anthony Giddens appelle les « life politics 2 », c'est-à-dire les attentes et les demandes qui s'articulent autour du vécu et des choix personnels des individus) : égalité sexuelle, lutte contre le racisme « institutionnalisé » et promotion des minorités ethniques, attention portée à la « réflexivité sociale » d'individus évoluant dans un monde « globalisé » et « post-traditionnel ». L'autre originalité du blairisme consistait dans la mise en adéquation de la doctrine avec la pratique gouvernementale. Avant l'élection de 1997, Blair avait fait cette promesse : « Nous serons élus en tant que New Labour, nous gouvernerons comme tel. » De leur côté, les socialistes français en étaient quasiment restés à la « parenthèse de la rigueur » ouverte par Lionel Jospin en 1983 et jamais officiellement refermée depuis. Le blairisme prône l'« État social actif » et son corollaire, l'« égalité des chances » (equality of opportunity), chère aux libéraux, et non plus l'égalité de résultat (equality of outcome), exigence socialiste. Cet État « allégé » n'est plus un État actif dans l'économie, mais un simple « passeur », un « facilitateur ». Il garantit encore l'accès de tous les enfants d'une classe d'âge à l'éducation ou encore la gratuité des soins médicaux pour tous, mais s'abstient de remplir le rôle d'entrepreneur économique qui fut le sien pendant les Trente glorieuses (banquier, constructeur de voitures, d'écoles, d'hôpitaux ou encore gestionnaire d'un vaste secteur nationalisé). Ce retrait de l'État de la sphère économique est un choix politique: le capitalisme financier et la mondialisation néolibérale ne sont pas l'ennemi à abattre pour les tenants de la troisième voie, ils fournissent au contraire un cadre favorable pour moderniser l'économie et la société. Bien plus, ce retrait est nécessaire pour permettre au monde des entreprises privées de « réussir », là où la « vieille » social-démocratie keynésienne a « échoué. » C'est ainsi qu'il faut comprendre l'appui sans équivoque du New Labour au monde des De Lionel Jospin à Ségolène Royal Le défi incarné par la « modernisation » du New Labour britannique engagée par Tony Blair a-t-il permis aux socialistes de dégager une « troisième voie socialiste » qui ne soit pas synonyme de renoncement face à la mondialisation néolibérale? Philippe Marlière analyse les errements idéologiques et politiques du Parti socialiste français depuis dix ans.
doi:10.3917/mouv.050.0014 fatcat:zr5bjahpsfd2ffuadqghxzlrzu