Un exemple de polémique religieuse à la fin du XVIe siècle : la défense de la tradition par Robert Bellarmin (1542-1621) et la réplique calviniste

Luc Perrottet
1982
Nutzungsbedingungen Die ETH-Bibliothek ist Anbieterin der digitalisierten Zeitschriften. Sie besitzt keine Urheberrechte an den Inhalten der Zeitschriften. Die Rechte liegen in der Regel bei den Herausgebern. Die auf der Plattform e-periodica veröffentlichten Dokumente stehen für nicht-kommerzielle Zwecke in Lehre und Forschung sowie für die private Nutzung frei zur Verfügung. Einzelne Dateien oder Ausdrucke aus diesem Angebot können zusammen mit diesen Nutzungsbedingungen und den korrekten
more » ... unftsbezeichnungen weitergegeben werden. Das Veröffentlichen von Bildern in Print-und Online-Publikationen ist nur mit vorheriger Genehmigung der Rechteinhaber erlaubt. Die systematische Speicherung von Teilen des elektronischen Angebots auf anderen Servern bedarf ebenfalls des schriftlichen Einverständnisses der Rechteinhaber. Haftungsausschluss Alle Angaben erfolgen ohne Gewähr für Vollständigkeit oder Richtigkeit. Es wird keine Haftung übernommen für Schäden durch die Verwendung von Informationen aus diesem Online-Angebot oder durch das Fehlen von Informationen. Dies gilt auch für Inhalte Dritter, die über dieses Angebot zugänglich sind. Ein Dienst der ETH-Bibliothek ETH Zürich, Rämistrasse 101, 8092 Zürich, Schweiz, www.library.ethz.ch http://www.e-periodica.ch REVUE DE THÉOLOGIE ET DE PHILOSOPHIE, 114 (1982), P. 395-413 UN EXEMPLE DE POLÉMIQUE RELIGIEUSE À LA FIN DU XVIe SIÈCLE: LA DÉFENSE DE LA TRADITION PAR ROBERT BELLARMIN (1542-1621) ET LA RÉPLIQUE CALVINISTE1 LUC PERROTTET On ne s'est guère intéressé jusqu'ici à la controverse religieuse de la fin du XVIe siècle. On considère en effet généralement que la littérature théologique de cette période se caractérise par une sécheresse, un formalisme et, pour tout dire, un manque de vie, qui ne la rend guère digne d'attention. Ce jugement est partiellement justifié. Mais de quel droit condamnerions-nous une mentalité différente de la nôtre? Comme l'écrit H. I. Marrou, «la connaissance historique, fondée sur une dialectique du Même et de l'Autre, implique nécessairement un élément d'altérité essentielle»2. Avant de le condamner, tentons donc de comprendre le théologien «décadent» de la fin du XVIe siècle. Parmi les représentants de cette littérature «fin de siècle», Bellarmin s'impose d'emblée à notre attention. Il est incontestablement le polémiste le plus important de la Contre-Réforme, tant par la qualité de ses ouvrages que par l'influence qu'il a exercée des siècles durant. François du Jon et Lambert Daneau ont été choisis comme porte-parole de l'opposition calviniste parce qu'ils nous ont paru particulièrement représentatifs des «débuts de la scolastique réformée»3. Il serait hasardeux, faute d'une littérature suffisante, de vouloir déterminer exactement l'importance qu'on accorde à la fin du XVIe siècle à la question des traditions apostoliques4. Ce qui est certain, c'est que durant 1 Cet article a pour origine un Mémoire présenté à l'Université de Genève au mois de mars 1981, pour l'obtention de la Licence es Lettres. Je tiens à remercier ici M. le Professeur P. Fraenkel, qui m'a suggéré l'idée de ce travail, ainsi que M. le Professeur A. Burckhardt, qui a dirigé la rédaction de mon Mémoire. Je dois enfin une reconnaissance particulière à M. le Doyen O. Fatio, grâce à qui cet article a vu le jour. '"Selon la bibliographie, probablement incomplète de A.
doi:10.5169/seals-381233 fatcat:dyn4gwtw5rarngbdsgygbfu4wu