INFLUENCE DE QUELQUES TECHNIQUES DE CONSERVATION SUR L'EFFICACITÉ DE L'AZOTE DE LA LUZERNE CHEZ LE MOUTON

Michelle DURAND, S.-Z. ZELTER, J.-L. TISSERAND, Monique POISSON, F. DE MONREDON, Annie BARDE, Christiane DUMAY
1968 Reproduction nutrition development (Print)  
SOMMAIRE Trois séries d'expériences sont effectuées en 19 6 3 -6 4 -6 5 , avec des moutons adultes à l'entretien, dont certains sont munis de canules permanentes de rumen. Leur objectif est de comparer la valeur azotée d'un fourrage de luzerne conservé selon différentes techniques : congélation du vert, fenaison partielle suivie d'un post-séchage en grange, ensilage humide sans traitement, ensilage au métabisulfite de sodium ou à l'acide A .i.V., ensilage par préfanage ( 35 -40 p. 100 de
more » ... 40 p. 100 de matière sèche). Tous les traitements sont appliqués le même jour à la même coupe de fourrage. Les critères biologiques retenus sont : évolution postprandiale de l'ammoniogenèse et de la concentration en azote non protéique dans le rumen, de l'urée du sang périphérique, digestibilité et rétention azotées. Les points suivants se dégagent des résultats : a le préfanage améliore nettement l'efficacité azotée de l'ensilage de luzerne en la rendant comparable à celle du vert congelé et du foin préparés à partir de la même coupe (tabl. 4 ); 1 0 les catabolismes glucidique et azoté que subit en général une luzerne ensilée à faible taux de matière sèche et sans acidification préalable, amoindrissent fortement la valeur azotée de l'ensilage au point d'entraîner parfois des bilans azotés négatifs, même lorsque l'ingéré azoté dépasse largement les besoins théoriques de l'animal (tabl. 4 et 9 ) ; -; e la distribution simultanée d'un aliment énergétique susceptible d'activer la protéosynthèse bactérienne dans le rumen à partir de formes azotées particulièrement dégradées (NH 3 ) améliore fortement l'utilisation azotée d'un mauvais ensilage (tabl. 9 et 10 ).
doi:10.1051/rnd:19680103 fatcat:24m2qysax5ge3bhv35m2obfraa