POUR POUR LA RECHERCHE LA RECHERCHE

L Recherche, L Recherche, De, L Fédération, Française De Psychiatrie
2009 unpublished
CR du Symposium de Ulm Stratégies de recherches pour le processus psychanalytique En juin dernier, Horst Kächele* a organisé un symposium européen à Ulm sur les stratégies de recherche concernant le processus psychanalytique (Psychoanalytic Process Research Strategies). Le présent numéro présente les résumés de quelques interventions, plus particulièrement celle de Fonagy (Londres) qui est intervenu sur « La mentalisation comme facteur commun dans le processus psychothérapeutique », celle de
more » ... ique », celle de Lindfors et al. sur l'efficacité relative d'une approche brève centrée sur la résolution de problèmes et de psychothérapies psychanalytiques de différentes durées, celles de Grande et al. (Berlin) sur les conditions et les effets d'un changement structurel et de Sandell (Stockholm) sur l'abord des différences individuelles dans la recherche en psychothérapie. Pendant ce symposium, le processus a été appréhendé à partir de l'amélioration du patient au cours du déroulement de la psychothérapie en impliquant ou non les processus de changement qui interviennent dans la psychothérapie et les ingrédients susceptibles d'y participer. Les modérateurs, facteurs initiaux dont l'efficacité peut dépendre et qui peuvent aussi devenir des médiateurs centraux de la thérapie, ont été généralement identifiés. C'est le cas, par exemple, du système d'attachement pour lequel plusieurs intervenants ont proposé des abords différents et complémentaires : l'attachement comme mécanisme de changement (Fonagy), comme prédicteur de résultat (Strauss), comme modèle de compréhension (Luyten). Les instruments d'évaluation présentés dans beaucoup d'études ont été des auto-questionnaires centrés sur le diagnostic à partir des symptômes (SCL-90, BDI, STAI...) ou des troubles de la personnalité (MMPI, AAI,...). Lorsqu'il s'agissait d'hétéro questionnaires, ils étaient renseignés par des scrutateurs externes à partir de séances enregistrées. Ces méthodes permettent de faire reposer les recherches sur des cohortes, mais sur un axe limité, notamment celui des modérateurs de gravité des troubles. Le nombre de variables prises en compte reste relativement faible, ce qui réduit l'appréhension de la complexité des cas. Un autre point nous a semblé important, celui de la réduction de la tendance à la généralisation des effets d'une psychothérapie à partir d'un nombre de cas insuffisant d'un point de vue statistique. Dans plusieurs interventions ces effets sont reliés au type de pathologie et à sa gravité plutôt qu'au type de psychothérapie mise en oeuvre. Dans les études présentées, des comparaisons ont été réalisées entre les traitements courts et les traitements longs, tant en ce qui concerne les psychothérapies psychanalytiques dans leurs différentes modalités, qu'avec d'autres approches, notamment comportementale et cognitive. Il nous a semblé que les analyses sont beaucoup plus claires à ce niveau : on part d'une pathologie identifiée (par exemple la dépression), de sa gravité (différents instruments d'évaluation en attestent), on évalue les changements au cours des étapes du processus et plusieurs mois, voire années après la terminaison de la psychothérapie. La dynamique du changement et sa pérénité se trouvent ainsi intrinsèquement liées à l'approche utilisée sans réduction abusive à une technique. Une partie tout à fait intéressante de ce symposium a été la présentation par plusieurs intervenants de la première étape de la psychothérapie, montrant une amélioration systématique du patient, parfois avant même que le travail ne commence (à partir du moment où un rendez-vous était pris). Evidemment, cela pose bien des questions et permet d'affiner la prise en compte de différents facteurs, notamment celui de l'anticipation des effets liés à une représentation et des modérateurs Horst Kächele a consacré beaucoup de son temps à la recherche sur les psychothérapies. Il a participé aux travaux de recherches sur les psychothérapies en France avec P. Gerin et A. Dazord dans les années 1990. Il a présidé la Society for Psychotherapy Research (1990Research ( -1991. www.horstkaechele.de/ Références bibliographiques Horvath A.O., Bedi R.P. (2002). The alliance, in Norcross J.C. (Ed.) : Psychotherapy relationship that work (pp. 37-70). New York, Oxford University Press. Orlinsky, D. E., Ronnestad, M. H., & Willutzki, U. (2004). Fifty years of psychotherapy process-outcome research: Continuity and change. In M. J. Lambert (Ed.), Bergin and Garfield's handbook of psychotherapy and behavioral change (5th ed., pp. 307-390). New York : Wiley. Insel TR. Is social attachment an addictive disorder? Physiol Behav. 2003 ; 79(3):351-7. Nelson EE, Panskeep J. Brain substrates of infant-mother attachment: contributions of opioids, oxytocin, and norepinephrine. Neurosci Biobehav Rev. 1998 ; 22(3):437-52. Swain JE. Baby stimuli and the parent brain: functional neuroimaging of the neural substrates of parent-infant attachment. Psychiatry (Edgmont), 2008 ; 5(8):28-36. Strathearn L, Li J, Fonagy P, Montague PR. What's in a smile ? Maternal brain responses to infant facial cues. Pediatrics 2008 ;122(1):40-51. Strathearn L, Fonagy P, Amico J, Montague PR. Adult attachment predicts maternal brain and oxytocin response to infant cues. Neuropsychopharmacology 2009 ; 34(13):2655-66. Fonagy, P., Steele, H., & Steele, M. Associations among attachment classifications of mothers, fathers, and their infants : Evidence for a relationship-specific perspective. Child Development 1996 ; 67:541-555. Fonagy, P., & Target, M. (1997). Attachment and reflective function: Their role in self-organization. Development and Psychopathology 1997 ; 9:679-700. Sharp, C., Fonagy, P., & Goodyer, I.M. Imagining your child's mind: Psychosocial adjustment and mothers' ability to predict their children's attributional response styles. British Journal of Developmental Psychology 2006 ; 24:197-214. Heinrichs M, Domes G. Neuropeptides and social behaviour: effects of oxytocin and vasopressin in humans. Prog Brain Res. 2008 ;170:337-50. M Thurin. Coût-efficacité de la psychothérapie : le projet finlandais. Pour la Recherche 2005 ; 46:7. Knekt P, Lindfors O, Laaksonen MA et al. Effectiveness of short-term and long-term psychotherapy on work ability and functional capacity -a randomized clinical trial on depressive and anxiety disorders. J Affect Disord 2008 ; 107(1-3):95-106. Knekt P, Lindfors O, Härkänen T et al. Randomized trial on the effectiveness of long-and short-term psychodynamic psychotherapy and solution-focused therapy on psychiatric symptoms during a 3-year follow-up. Psychol Med. 2008 ; 38(5):689-703.
fatcat:z7qmk5pvn5hxfoc6d4ma6tltky