Névrose et psychose. Diagnostic différentiel : la structure en question, approche psychanalytique

Dominique Delcourt
2011 L en-je lacanien  
Distribution électronique Cairn.info pour ERES. © ERES. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable
more » ... uf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © ERES | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.225.159) © ERES | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.225.159) tudes © ERES | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.225.159) © ERES | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.225.159) Dominique Delcourt est psychanalyste à Toulouse, membre de l'EPFCL. * Exposé de soutenance de thèse de doctorat de psychopathologie, le 5 septembre 2009, à Aix-en-Provence. 'est à partir d'une question sur la pratique d'analyste que j'ai éprouvé la nécessité de m'interroger sur le concept de structure, fondamental dans la clinique psychanalytique tant pour construire un diagnostic différentiel que pour la conduite d'une cure. De plus, le diagnostic est toujours un sujet de polémiques quant à son utilité et quant à l'éthique au regard du risque de stigmatisation. Cependant, en psychanalyse, le symptôme est dit « autodiagnostiqué » par le sujet qui vient formuler une demande à un sujet supposé savoir. Il est « autodiagnostiqué », car ce qui conduit un sujet à formuler une demande, ce dont il se plaint et qui le fait souffrir n'est que rarement ce qui constituera le symptôme d'entrée en analyse. En effet, cette plainte première, cette demande va nécessiter tout un travail qui aboutira à la constitution du symptôme d'entrée dans l'analyse. Cela pour ne pas confondre ce qui fait symptôme comme phénomène et ce qui fait symptôme pour le sujet, soit cette question, cette « opacité subjective » (Colette Soler) qui conduit Névrose et psychose Diagnostic différentiel : la structure en question, approche psychanalytique * Dominique DELCOURT C
doi:10.3917/enje.016.0127 fatcat:ysglm5cgj5eyde6ldy6bmryv6u