Des « choses » aux « espaces mentaux » dans Mrs Dalloway

Claude Delmas
2004 Études anglaises  
Distribution électronique Cairn.info pour Klincksieck. © Klincksieck. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... ord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Dans cette étude, on se propose d'analyser certains emplois paradoxaux de l'unité lexicale « thing » tels qu'ils apparaissent dans le roman de Virginia Woolf, Mrs Dalloway. Le paradoxe dont il est question tient au fait qu'en dépit de ses contenus descriptif et componentiel ténus, cette unité semble jouer un rôle non négligeable dans la construction même du sens et, partant, de l'interprétation. L'hypothèse est faite que des « espaces mentaux » sont à l'oeuvre dans le fonctionnement de l'opérateur que nous avons retenu. « Thing » fait figure d'opérateur de glissement discursif. Le narrateur peut ainsi franchir les frontières qui distinguent les domaines et remettre en perspective par la pluralité des points de vue et des espaces mentaux la mise en place évolutive du sens. This paper proposes an analysis of the paradoxical use of the lexical variable "thing" in Virginia Woolf's novel Mrs Dalloway. The paradox lies in the fact that this item is descriptively and componentially devoid of meaning, yet allows for various meaningful constructions and interpretations. We will explore the hypothesis that two "mental spaces" are involved in the rhetorical use of the operator we have selected: it enables the narrator to shift from one situation to another or from one mental space to another. Dans l'oeuvre littéraire, l'esthétique procède en partie de la capacité de cumuler les points de vue et à permettre des glissements à l'intérieur d'un texte. Dans Mrs Dalloway, c'est l'utilisation particulière du lexème « thing » (116 occurrences) qui constitue, entre autres, un moyen privilégié caractéristique d'articuler ces points de vue ou espaces mentaux. Claude DELMAS, Des « choses » aux « espaces mentaux » dans Mrs Dalloway, ÉA 57-2 (2004) : 146-157.
doi:10.3917/etan.572.0146 fatcat:6ovrlztzr5cyxbx22x7wdbvsdi