Ligne à Grande Vitesse et marchés immobiliers résidentiels à Reims : entre attractivité, aménités et anticipations

Sylvie Bazin, Christophe Beckerich, Marie Delaplace
2010 Revue d'Économie Régionale & Urbaine  
Distribution électronique Cairn.info pour Armand Colin. © Armand Colin. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---88.165.81.220 -09/06/2016 11h35. © Armand Colin Document téléchargé depuis www.cairn.info ---88.165.81.220 -09/06/2016 11h35. © Armand Colin Document téléchargé depuis www.cairn.info ---88.165.81.220 -09/06/2016 11h35. © Armand Colin Document téléchargé depuis www.cairn.info ---88.165.81.220 -09/06/2016 11h35. © Armand Colin Ligne à Grande Vitesse et marchés immobiliers résidentiels à Reims Résumé Depuis l'annonce de la création de la LGV Est-européenne en 2000, de nombreux acteurs considèrent que la croissance des prix de l'immobilier à Reims est imputable au TGV et à l'arrivée possible de nouveaux ménages et que cette tendance n'ira qu'en s'accentuant. A l'aide de la littérature économique relative au fonctionnement des marchés immobiliers et par l'analyse des transactions immobilières individuelles de 1999 à 2006 dans l'aire urbaine de Reims, nous montrons que ce constat doit être nuancé. Si le TGV apparaît comme un élément qui a participé à la croissance des prix de manière très localisée et à une redynamisation de la promotion immobilière, ce n'est pas en raison de l'arrivée massive de nouveaux ménages, mais d'anticipations par les acteurs. Summary Since the creation of the East European High Speed Rail Link (LGV) was announced in 2000, many observers have considered that housing price growth in Rheims could be directly attributed to the TGV (high-speed train) and to the possible influx of new households, and that these changes would inevitably become more pronounced. Drawing on the economic literature on property markets and the analysis of housing transactions in Rheims between 1999 and 2006, we show that this conclusion is not quite so clear cut. The TGV may appear to have been a contributory factor to price rises in a very localized way, and to have fueled property development but not due to any huge influx of new households. In fact, it results from the expectations of actors. -1 -
doi:10.3917/reru.102.0313 fatcat:frnfhut5lbc6bpmugcqerqllyq