Sport, politique, constructions identitaires en Guyane

Gérard Collomb
2018 Anthropologie et Sociétés  
En quelques années, le djokan (un art martial que son inventeur présente comme « une fusion des arts guerriers et des pratiques traditionnelles amérindiennes, businenge et créoles ») a acquis en Guyane une grande lisibilité dans les médias mais aussi dans le champ politique, alors même qu'il peine à recruter des pratiquants et que son développement comme sport demeure encore très incertain. Cette situation interroge la manière avec laquelle le champ des pratiques martiales se développe, est mis
more » ... développe, est mis en forme et structuré dans les pays occidentaux, mais elle est aussi l'occasion de porter un éclairage indirect sur les logiques traversant la société guyanaise. Il faut pour cela prendre en compte la manière avec laquelle le discours dont le djokan est porteur est en quelque sorte entré en résonnance avec les attentes, parfois les inquiétudes, d'une société qui tente de repenser un « vivre-ensemble » dans une Guyane en mutation.
doi:10.7202/1052652ar fatcat:qe7hfiz4j5e6lkhnmobgyo7abm