La Bible, le bruissement de ses langues, le grain de ses voix

Corina Combet-Galland
2008 Etudes théologiques et religieuses  
La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il
more » ... ueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.224 -11/07/2020 15:43 -© Institut protestant de théologie Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.224 -11/07/2020 15:43 -© Institut protestant de théologie LA BIBLE, LE BRUISSEMENT DE SES LANGUES, LE GRAIN DE SES VOIX Passant du jardin de l'Évangile de Jean à celui du Cantique des cantiques, Corina COMBET-GALLAND * s'interroge non seulement sur les contenus des énoncés bibliques, mais sur la voix qui les parle, le grain de cette voix, le poids du corps dans la musicalité de la voix. Elle suggère ainsi que la question de la voix touche la quête de l'origine, que la voix de l'amour se livre dans les « Je Suis » fragiles et souverains de Jésus, que l'amour se chante en duo par la voix de l'homme et de la femme, rythmé par l'élan de la fugue et l'arrêt de l'admiration mutuelle, coloré par le jeu imaginatif du langage avec les sens et les sons 1 . Celle que j'aime surgit à la même distance de moi que ma propre origine. Alain Cugno 2 153 C'est à Roland Barthes que j'emprunte l'expression métaphorique qui conduit ma lecture : le grain de la voix ; il désigne par elle « la frange de contact entre la musique et le langage ». Il parle du « grain de la voix lorsque celle-ci est en double posture, en double production : de langue et de musique 3 ». Ma question personnelle tourne autour d'un sentiment : plus j'avance dans la lecture de la Bible, plus il me semble que je cherche à entendre, audelà des mots, des énoncés et de ce qu'ils contiennent, la voix qui les parle. Et sans doute celle-ci non seulement en ce qu'elle est porteuse d'un langage, de plusieurs même, mais dans sa musicalité, en son grain. Je soupçonne les textes de la Bible, en leur diversité d'expression, de réfléchir -tout aussi bien penser que refléter -l'instance d'énonciation qui les produit, qui saisit le lecteur, l'auditeur, et le convoque au présent d'une interlocution vive. Depuis longtemps, en secret, je pensais, à regarder Marie de Magdala monter au tombeau, l'aube du jour pascal encore obscure sur ce jardin, qu'elle ne se trompait pas à reconnaître en Jésus le jardinier (Jn 20). Elle n'avait juste pas encore compris que c'était celui qu'elle cherchait. Le disparu avait cédé la place au jardinier. Pour elle, après la mort du Seigneur, les yeux n'ont pas suffi, il a fallu « sa » voix, son inflexion d'homme, dans le mouvement de se pencher, comme les anges, sur ses larmes -« Femme, pourquoi pleures-tu ? qui cherches-tu ? » -, et plus encore sans doute le grain singulier de cette voix à la modulation de son prénom, « Marie », pour qu'elle ose se retourner vraiment, et reconnaisse auprès de lui, à la porte ouverte du tombeau, le jardin de son origine. Dans un très bel article sur la culture de l'héritage, Marianne Massin évoque la victoire sur la mort non par l'embaumement ou le déni mais par la dette qui s'adresse, au-delà de la personne défunte, « à la belle manière de jardiner et de discourir, au mouvement vivant de la pensée 4 ». C'est ainsi qu'on entre, dit-elle, dans une filiation assumée et responsable ; on ne prend pas un héritage, on ne le refuse pas non plus, on le cultive.
doi:10.3917/etr.0832.0153 fatcat:ulqb7jfkl5gbhct5ndhog5coqm